24 Sèvres se lance dans le bijou et la joaillerie

Depuis son lancement en juin dernier par le groupe LVMH, la plateforme de shopping en ligne 24 Sèvres, est conçue comme un équivalent numérique du grand magasin Le Bon Marché. Tout comme l’institution parisienne fondée en 1852 au 24 rue de Sèvres, le site propose une sélection de plus de 180 marques de luxe et contemporaines de mode femme et beauté : une émanation, en quelque sorte, de l’essence caractéristique de l’art de vivre à la Française.

Les habituées du grand magasin de la Rive Gauche auront cependant remarqué qu’une catégorie de produits manquait à l’appel sur le site : la joaillerie. Pourtant, le Bon Marche assigne depuis de longues années une large place aux bijoux constellés de pierres fines et précieuses : un espace entier lui est dédié au rez-de-chaussée du magasin ; les joyaux des grandes maisons vénérables y côtoient les créations de jeunes labels qui ont su renouveler avec intelligence et inventivité, l’art de la parure contemporaine.

Cette lacune appartient désormais au passé puisque, dans un communiqué envoyé aux rédactions ce lundi, 24 Sèvres annonce l’arrivée sur le site du bijou fantaisie et de la joaillerie fine. « Le lancement de cette catégorie répond à un réel intérêt et à une forte demande de nos clientes, indique Maud Barrionuevo, directrice des achats de 24 Sèvres. Ces dernières années, le bijou est devenu un achat personnel et d'impulsion. Les femmes aiment s'acheter des bijoux, comme tout accessoire de mode. »

Mettre à l’honneur un savoir-faire made in France

13 marques composeront dans un premier temps cette catégorie qui devrait s’étoffer dans les années à venir. La liste des marques annoncées diffère sensiblement de celles proposées en boutique. Pas d’émeraude en vue telles qu’on peut actuellement les découvrir au pole joaillerie du Bon Marché. La sélection s’oriente davantage vers des bijoux en métal noble sertis de pierres fines, plus accessibles que les pierres précieuses. C’est clairement l’achat coup de cœur et non l’achat d’investissement qui est ici mise en avant.

Autre singularité, conforme à la vocation initiale du Bon Marché : mettre en avant le savoir-faire. C’est plus précisément le made in France qui sera dans un premier temps exalté sur la plateforme avec des marques de créateurs indépendants pour la plupart parisiennes. Hasard ou mouvement de fonds, la plupart de ses créateurs sont en l’occurrence des créatrices. Le panel de labels proposés va du bijou fantaisie (Médecine Douce, Monsieur Paris ou encore Objet Singulier) à la joaillerie fine (Ginette NY et VanRycke). Certaines marques, parmi lesquelles 5 Octobre, Annelise Michelson et Delfina Delettrez, ont accepté de livrer des pièces exclusives à l’occasion de ce lancement prévu le 14 juin prochain. Reste une dernière catégorie de produits totalement absente du site : la montre. Une prochaine étape ?

Crédits image: Ginette NY, dr