Blancheporte poursuit sa mue

Collections revues, capsule originale et stratégie omnicanal étudiée, l’entreprise de Tourcoing est repartie de l’avant.

L’image de Blancheporte a bien évoluée. Celle qui était connue des seniors et diffusée par le biais de catalogues se réinvente. Jugée ringarde et peu rentable, et cédée par 3SI (3 Suisses International) à quatre cadres de la société en 2016, elle est aujourd’hui le 6ème e-commerçant français mode et maison et surtout le premier sur la cible quinquas.

Un parcours client à la carte

Avec 70 millions de catalogues adressés par an (2 catalogues saisonniers par mois), mais aussi 2 millions de visiteurs uniques par mois sur son site internet (dont 50 pour cent des connexions effectuées sur smartphones et tablettes), presque 60 pour cent des ventes en ligne sont désormais réalisées en ligne. « La relation clients fait partie de notre ADN, rappelle Salvatore Spatafora, directeur associé, responsable du marketing et du digital. Si Blancheporte a toujours écrit à ses clientes, aujourd’hui l’omnicanal nous permet de trouver la bonne complémentarité entre papier et web. Chaque canal a un rôle à jouer. Grâce à la data, qui a toujours été notre métier historique, l’idée est de trouver le média le plus pertinent pour chaque cliente. » Ainsi, le web peut venir appuyer la sortie d’un catalogue papier qui repose sur le contact et l’émotionnel. Inversement, une nouvelle collection mise en ligne renvoie vers un catalogue spécifique (ex : le Blanc, le beachwear …).

Blancheporte poursuit sa mue

Vers la réalité augmentée

Prochaine étape, pour valoriser encore plus l’omnicanalité et augmenter l’expérience d’achat, Blancheporte teste actuellement une application 3D avec des clientes et ses équipes. « Cela concerne le linge de maison. Nous proposons de visualiser sa chambre avec une parure de lit qui se positionne en situation au plus près du réel, confie Salvatore Spatafora. L’application pourra être un lien supplémentaire avec le catalogue qui proposera cette expérience 3D. Elle pourra aussi être un lien sur les newsletters et apporter une transversalité supplémentaire vers le mobile et internet. Aujourd’hui, les clientes sont de plus en plus multiconnectées ; cela permet d’aller vers toujours plus de personnalisation et la mise en scène grâce à la 3D. »

Blancheporte poursuit sa mue

Offre renouvelée

Avec 200 personnes travaillant au siège (une partie dédiée à la conception de l’offre, au design et au sourcing, une autre dédiée à la commercialisation et au digital et encore une autre au RH et finances), la société s’est réorganisée autour de Franck Duriez, majoritaire au capital et ses 3 associés. Passée de deux collections par an à une par mois, Blancheporte fait partie des rares acteurs du prêt-à-porter à monter en taille pour toutes ses collections et possède un vrai savoir-faire grande taille. « Si les collections maison sont reconnues pour leur côté malin et ingénieux, le bien-aller fait partie intégrante de toutes nos gammes qui vont du 52 au 54 », confirme Salvatore Spatafora. Tandis que Blancheporte a lancé des lignes de chaussures et une gamme de linge de maison pour les professionnels (gites, chambres d’hôtes, petits hôtel)s. « Notre savoir-faire sur les parures à thèmes est reconnu, poursuit le directeur associé. Là aussi, on envoie des catalogues pour mieux leur faire découvrir le web. »

Enfin, l’autre belle réussite de ces dernières saisons concerne les collaborations où la Blancheporte s’essaie et confirme l’essai. La toute dernière (actuellement en vente) a été confiée à une jeune créatrice de Lille, Louise Motte, qui a créée la marque Andrée Sorant. « Après quelques expériences, cette saison nous avons pour la première fois poussée l’expérience de la collection capsule plus loin car celle-ci s’illustre à la fois sur la mode, la lingerie et la maison. Nous opérons une vraie montée en puissance sur ce genre d’opération », conclue Salvatore Spatafora. Dernière étape, en avril prochain, Blancheporte se rendra visible à la télévision avec un spot de communication frais et gai. A cette occasion, elle révélera son dernier bilan financier qui devrait être à la hausse. Le dernier en date, en 2017, annonçait un chiffre d'affaires de 171 millions d'euros, en hausse de 3 pour cent sur un an pour la deuxième année consécutive.

Photos : ©Blancheporte - site internet - catalogue été 2019 - collection Andrée Sorant

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS