• Home
  • Actualite
  • Retail
  • H&M va fermer son magasin des Champs-Élysées dans deux mois

H&M va fermer son magasin des Champs-Élysées dans deux mois

By Herve Dewintre

27 oct. 2021

Retail

L’enseigne suédoise multiplie les signaux indiquant qu’elle allait réorienter son activité vers le digital. Après avoir annoncé vendredi dernier la fermeture de sa plateforme logistique du Bourget dans le cadre d’une nouvelle organisation de ses flux logistiques, le géant suédois a indiqué à l’AFP ce mercredi 27 octobre qu’il comptait fermer également sa boutique des Champs Élysées. Le processus prendra deux mois.

La pandémie a affecté l’ensemble de l’industrie du vêtement. Si le luxe se porte bien (les résultats d’Hermès ou de LVMH – stars indétrônables du CAC 40 - en témoignent), les enseignes de mode souffrent davantage. Une crise dans la crise, en France en tout cas, puisque si le marché français du textile et de l’habillement a vu un recul considérable de son chiffre d’affaires sur l’année 2020, le budget des ménages alloué à la consommation de vêtements a reculé de dix points durant les deux dernières décennies. A ces données fondamentales s’ajoute une nouvelle orientation du marché, décisive : le digital a explosé : la part du e-commerce a quasiment doublé dans l’habillement en 2020.

Or, le géant suédois a pris du retard sur le digital. Statista, grâce aux chiffres de sa plateforme eCommerceDB, a déterminé un top 5 des sites e-commerce mode qui ont réalisé les chiffres d’affaires les plus importants en France ces dernières années. Vente-Privée est en tête avec plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires suivi par Showroomprivé, Zalando, Asos et la Redoute. Un retard d’autant plus dommageable pour H&M que, selon la Fevad ((Fédération du e-commerce et de la vente à distance), 51 pour cent des produits et services achetés sur le web font partie du secteur de l’habillement.

Bénéfices en hausse

L’enseigne a donc pris le taureau par les cornes malgré le fait qu’elle ait annoncé une forte progression de ses ventes au troisième trimestre, au-delà des niveaux d’avant la pandémie : sur la période juin-aout de son exercice décalé, elle a dégagé un bénéfice net d’environ 459 millions d’euros. Le cortège d’annonces qui s’égrène depuis quelques jours montre qu’H&M compte bien cette fois ci prendre le virage du digital avec sérieux. En avril, le mastodonte avait annoncé sa décision de fermer cette année 350 de ses 5000 magasins dans le monde. On en sait un peu plus désormais sur le sort réservé à la France.

Deux symboles forts. La fermeture tout d’abord de la plateforme logistique H1M GBC au Bourget (93) : il s’agit de l’unique plateforme logistique en France du titan du prêt à porter. L’enseigne avait annoncé vendredi que la fermeture de ce site qui compte environ 150 salariés résultait d’une nouvelle organisation des flux logistiques de la région. Une première annonce qui passe mal : une grève avait été lancé sur le site le 7 octobre dernier et un délégué syndical UNSA, père de famille, s’était aspergé d’essence sur le parking du site pour tenter de s’immoler par le feu à la suite d’une réunion avec la direction dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi. « On est en face d’une direction qui provoque » avait témoigné une déléguée CGT.

Deuxième annonce forte : la mise sur la sellette du magasin des Champs-Elysées, onze ans après son ouverture. « Nous venons d'entamer une période d'information-consultation avec nos partenaires sociaux sur le projet de fermeture de notre magasin des Champs-Élysées", a indiqué la chaîne de magasins à l’AFP. Le processus doit durer deux mois, à l'issue desquels H&M assure que les 105 salariés du magasin "auront la possibilité d'être réaffectés vers un autre magasin". Le groupe "traverse actuellement une transformation au niveau global au cours de laquelle nous continuons de nous adapter pour répondre aux attentes accrues des clients et pour nous assurer que nous avons les bons magasins aux bons emplacements". Essentiellement fréquenté par les touristes, les Champs Elysées pâtissent de la désaffection des clients. Même si la célèbre avenue a moins souffert de la crise sanitaire que les autres grandes artères commerçantes européennes, elle fait néanmoins face à une baisse de chiffre d’affaires conséquente.

Crédit photo: H&M