Selon plusieurs sources, la presse d'Europe du Nord (notamment le journal Telegraaf aux Pays-Bas) annonce que l'investisseur bruxellois Core Equity Holdings pourrait racheter l'enseigne Hema. Au croisement de Monoprix, par rapport à une offre de produits "désirables" et d'Ikea, pour des prix très compétitifs, il était de notoriété publique que l'enseigne se révélait sévèrement endettée : depuis 2007 l'entreprise aurait dégagé des bénéfices seulement deux fois. "Toutes les options stratégiques" étaient par conséquent envisageables par son actuel propriétaire, Lion Capital.

Installé en Belgique, Core Equity Holdings possède uniquement son siège social à Bruxelles (avenue Louise), une moitié des effectifs de la holding est constituée d'anciens collaborateurs de l'entreprise Bain, l'autre est issue des sociétés Boston Consulting Group, McKinsey, Alchemy Partners, Goldman et Lazard. Hema serait rachetée pour 1 milliard d'euro, c'est-à-dire moins que le prix déboursé par Lion Capital qui avait acquis l'entreprise pour 1,1 milliard voilà 11 ans.

Hema est une marque très emblématique, surtout aux Pays-Bas. Son concept séduit un grand nombre de clients, ses magasins se développent, pourtant les marques qu'elle réalise ne suffisent pas à la rendre prospère. Présente dans neuf pays, Hema a ouvert une vingtaine de magasins l'année dernière.

D'après deux sources proches du dossier, un accord oral sur les grandes lignes de l'opération aurait été validé. La signature de l'accord définitif de rachat de Hema pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

À Paris, par exemple, Hema est présent au centre commercial de la Gare Saint Lazare ou à proximité du Forum des Halles. Les Pays-Bas constituent toujours 80 pour cent de ses ventes. La marque prévoit toujours de développer son réseau de magasins avec des ouvertures prochaines en Autriche ou au Moyen-Orient.