Ardoix - Fabriquer 300.000 paires de chaussures de sport par an, 100% “made in France”, d’ici 2024: c’est le pari du groupe Chamatex, associé à de grandes marques, et de son usine 4.0 dont le chantier a débuté jeudi en Ardèche.

L’entreprise, spécialisée dans la production de textile technique, avait déjà un pied sur les terrains de sport grâce à sa technologie Matryx, tissu qui “simplifie la construction de la chaussure”, explique son directeur Gilles Réguillon.

D’où l’idée, née il y a deux ans, de “simplifier tout le process: diminuer le nombre d’opérations, les automatiser et reprendre la main sur l’industrie des chaussures”, ajoute-t-il.

L’usine ultra moderne - de son vrai nom ASF 4.0, pour “Advanced Shoes Factory” - dont la première pierre a été posée jeudi à Ardoix, siège du groupe, représente un investissement de 10 millions d’euros, pour une cinquantaine d’emplois créés.

Chamatex s’est lancé dans l’aventure avec des partenaires dont le groupe Siemens à hauteur de 1,5 million; les marques Babolat, Millet et Salomon; ainsi que la société d’ingénierie lyonnaise Zebra et les fonds d’investissement Cuir Invest et RL Invest. La région Auvergne-Rhône-Alpes a apporté une aide de 300.000 euros.

L’usine de 2.000 mètres carrés, dont la livraison est prévue pour le début 2021, doit produire plus de 10.000 paires de chaussures Salomon l’année prochaine, avant une montée en puissance rapide: la fabrication devra décupler en 2022 pour répondre aux besoins de Babolat et Millet également.

Outre l’intérêt croissant des consommateurs pour le “made in France”, l’objectif est de rapprocher l’offre du marché, afin que ces entreprises françaises puissent s’assurer une plus grande flexibilité. Cette entreprise devrait créer une cinquantaine d’emplois.

“Produire à l’échelle locale est un objectif de longue date pour Salomon”, se félicite la marque fondée en 1947 dans les Alpes, qui doit absorber la moitié de la production future de l’usine.

Chamatex emploie actuellement 120 salariés et réalise un chiffre d’affaires avoisinant 30 millions d’euros. Celui de l’usine est attendu à 11 millions en (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS