Lancement du premier site de location de montres de luxe

L’idée est si simple et lumineuse qu’on se demande pourquoi personne n’y avait pensé auparavant puisque, après tout, la location de voitures, de vêtements griffés et d’accessoires de luxe, fait depuis plus ou moins longtemps partie des habitudes courantes des consommateurs. Fondée par Thomas Blavet, un passionné d’horlogerie et de joaillerie qui a travaillé 18 ans en tant que directeur commercial et membre du comité de direction pour des marques de joaillerie et d’horlogerie prestigieuses des groupes Richemont et LVMH, la plateforme Luxothèque se présente aujourd’hui sur le marché français comme étant le premier service à proposer de la location de montres de luxe.

« La vocation de Luxothèque est de créer une expérience client, moderne, sans contrainte, en toute liberté, afin de pouvoir changer de modèle quand on le souhaite, tout en étant assuré aussi bien chez soi qu’à l’extérieur. Et pourquoi pas, s’offrir la montre après un vrai coup de cœur » explique Thomas Blavet qui voit également dans sa plateforme un moyen d’accès, un facilitateur de choix : « si l’essayer c’est l'adopter, Luxothèque est un premier pas vers un achat.».

Le monde de l’horlogerie, ce n’est pas un secret, a traversé une période de crise liée à plusieurs facteurs conjugués: franc Suisse fort, baisse de la consommation touristique en Europe, politique anti-corruption en Chine. Cette crise a, en quelque sorte, oblige l’industrie à faire sa mue, au prix de réflexions nouvelles, sur le digital notamment, mais parfois aussi au prix de décisions douloureuses: rachat massif des stocks chez les revendeurs par Richemont, restructurations, annulation des traditionnelles prises de parole durant les salons professionnels ( le salon Baselworld a ainsi perdu la moitié de ses exposants en une édition et le salon SIHH vient de perdre coup sur coup deux exposants majeurs: Richard Mille et Audemars Piguet). La naissance de Luxothéque s’inscrit dans cette réflexion globale : « Nous souhaitons démocratiser l’accès aux pièces d’horlogères, libérer les stocks dormants et soutenir les métiers de l’horlogerie » indique clairement Thomas Blavet qui se félicite de la confiance et de l’implication des partenaires horlogers et des assureurs dans cette aventure véritablement nouvelle pour l’industrie horlogère.

Comment ça marche ?

Le fonctionnement du site s’articule de manière relativement classique et ressemble en toute logique aux autres sites de location. Luxothèque donne la possibilité à ses membres de changer régulièrement de montres et de porter ainsi les modèles mythiques des plus grandes marques horlogères. Pour s’inscrire il faut compléter un formulaire d’inscription sur le site www.luxotheque.comet fournir une pièce d’identité. Une fois la montre sélectionnée, une caution, non encaissable, est demandée. Il faut ensuite se rendre chez un des nombreux partenaires du site pour recevoir le modèle commandé. Une fois la location terminée, l’utilisateur doit se rendre chez le partenaire choisi pour restituer la montre. Le courtier en assurance Gras Savoye couvre les désagréments majeurs liés au vol et aux détériorations dus à un tiers. Les montres sont disponibles à partir de 30 euros les 3 jours. La location peut porter sur une période de 3 jours, 2 semaines, 2 mois ou bien 1 an via un abonnement.

Thomas Blavet mise sur un développement ultra dynamique de sa société. Premier objectif : élargir le secteur d’activité à la joaillerie et donner accès aux grandes maisons joaillières mais aussi aux nouvelles créatrices indépendantes. Luxothèque va prochainement s’implanter sur d’autres marchés locaux (Megève, Cannes, Monaco, Marseille, Bordeaux, Nantes, Lille, Strasbourg, Lyon) mais aussi internationaux (Royaume-Uni, Belgique, Italie). L’ouverture d’un atelier d’horlogerie est prévue dans les semaines à venir, ainsi qu’une boutique physique.

Credit photo: Luxotheque.com, dr

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS