• Home
  • Actualite
  • Retail
  • Le reconfinement fragilise encore le commerce parisien

Le reconfinement fragilise encore le commerce parisien

By AFP

22 mars 2021

Retail

Paris - Les commerces dits “non-essentiels” d’Ile-de-France et des Hauts-de-France ont de nouveau dû fermer samedi. Cette décision déstabilise un peu plus leur activité, notamment à Paris où les difficultés s’empilent malgré les aides, entre touristes absents, télétravail et changement d’habitudes de consommation.

“J’ai eu de la chance de pouvoir ouvrir en décembre !” Dans son magasin de vêtements de l’avenue de la République, dans le 11e arrondissement de Paris, Christian Mora tente de positiver. “Bon, j’étais fermé en novembre, qui est mon plus gros mois, et là ça va me faire deux saisons printemps/été compliquées en deux ans”…

Il a ouvert il y a 11 ans sa boutique, le 26 Brumaire, et se réjouit aujourd’hui d’être “spécialisé, ce qui permet d’être connu par le bouche à oreille”, et aussi d’être localisé “dans un quartier où il n’y a pas beaucoup de touristes”. Il va devoir fermer à nouveau ses portes comme quelque 110 000 autres commerces dans 16 départements de France, (Ile-de-France, Hauts-de-France, Alpes-Maritimes, Seine-Maritime, Eure), parce que ne vendant pas des produits définis comme étant de première nécessité.

Tourisme et télétravail

Christian Mora ne se plaint pas, mais c’est un nouveau coup dur pour le moral des commerçants parisiens. Il y a eu les années précédentes les mouvements sociaux des gilets jaunes et contre la réforme des retraites, qui ont détourné certains consommateurs des centre-villes. Et depuis 2020, la crise du Covid-19 détourne de la capitale deux clientèles importantes: d’une part, les touristes sont encore loin d’avoir fait leur retour.

D’autre part, le télétravail a fait baisser la fréquentation, parfois drastiquement, dans de nombreux quartiers de bureaux. “A la Défense, il n’y a que 20 pour cent des salariés dans les tours”, regrette auprès de l’AFP Didier Kling, le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Ile-de-France. Le spécialiste de la consommation Nielsen IQ a observé le phénomène à Barcelone, Londres, Chicago comme à Paris: les citadins ont modifié “leur parcours d’achat de biens de consommation”, choisissant souvent des enseignes “plus proches du domicile”, souvent en périphérie.

Le départ de Parisiens le temps du reconfinement ne va rien arranger. “Globalement, 95 pour cent de l’activité économique fonctionne bien, mais en Ile-de-France un peu moins parce que c’est une région très ouverte sur l’extérieur, très sensible au tourisme, à l’activité événementielle et aéroportuaire”, explique encore Didier Kling. Soit trois activités mises à genoux par le Covid-19.

En moyenne, la fermeture des commerces en Île-de-France et dans les Hauts-de-France représente “plus de 30 pour cent de chiffre d’affaires” en moins pour les réseaux d’enseigne, alerte vendredi l’Alliance du Commerce, qui représente le commerce de centre-ville, les grands magasins ou encore des enseignes de l’habillement et de la chaussures.

Et la proportion “est proche de 100 pour cent pour les grands magasins dont les locomotives commerciales sont situées à Paris et en Ile-de-France !”, s’émeut la même source, réclamant “la mise en place en urgence d’aides adaptées”.

Disparités géographiques et sectorielles

Or, il est de plus en plus difficile de s’y retrouver, même entre les commerces considérés comme “non-essentiels”, qui ne sont plus tous logés à la même enseigne.

Il y a des disparités géographiques, bien sûr, entre régions sous reconfinement ou non. Mais il y a aussi des disparités sectorielles, avec des produits d’aménagement de la maison ou de la décoration, par exemple, qui restent plus porteurs que l’hygiène/beauté ou l’habillement. Le gouvernement, pour ce troisième confinement, a élargi les catégories de produits et services qui pourront continuer leur activité: librairies, disquaires, coiffeurs, fleuristes, chocolatiers, concessions automobiles (sur rendez-vous)…

Mais la confédération patronale CPME a en tout cas demandé vendredi de nouvelles aides pour les petites entreprises, notamment une “prise en charge réelle des loyers”, un problème notamment à Paris où ils sont très élevés. Pour l’instant, le ministère de l’Economie table sur une utilisation accrue des aides existantes: le fonds de solidarité, le chômage partiel et les exonérations de charges.

Le plafond de compensation de perte du chiffre d’affaires, de 1 500 euros pour la plupart des secteurs, est désormais de 200 000 euros par mois, dans la limite de 20 pour cent du chiffre d’affaires, pour les activités touchées par l’interdiction d’accueillir du public ou les secteurs connexes. (AFP)

Crédit : Unsplash, Georg Arthur Pflueger.