(publicité)
(publicité)
LVMH réunit le luxe et le numérique dans une plateforme de commerce électronique multimarque

Bien que Bernard Arnault, pdg du conglomérat de luxe LVMH, puisse encore regretter de ne pas avoir investi dans Microsoft, dès le début, il veille à ne pas faire la même erreur en mettant trop vite de côté la technologie. LVMH devrait lancer sa propre plateforme de commerce électronique multimarque ce mois-ci, qui mettra en vedette toutes ses 70 marques sur un seul et même site, selon le Financial Times.

Pour le moment, LVMH n’a pas encore nié, ni confirmé, les rumeurs concernant le lancement du site multimarque, qui fera probablement partie du Bon Marché, le groupe de magasins français appartenant à LVMH. Cependant, si cela s’avère vrai, ce développement sera la plus grande mesure prise par LVMH depuis l’embauche de Ian Rogers comme Chief Digital Officer, en 2015 et voit LVMH, propriétaire de marques telles que Gucci, Fendi, Céline et Louis Vuitton, développer intelligemment leur présence numérique. Cependant, ce n'est pas la première fois que l'entreprise fait une incursion dans le monde du commerce en ligne. En 2000, LVMH a lancé eLuxury, une plateforme en ligne dédiée à la mode haut de gamme, aux accessoires et à la beauté. Cependant, comme les marques dans son portefeuille ont commencé à lancer leurs propres plateformes de commerce électronique autonomes, LVMH a annoncé qu'elle fermait le site multimarque en 2009 afin de le transformer en un site éditorial connu sous le nom de Nowness.

LVMH annonce le lancement d'un site web multimarque pour ses 70 marques

Le lancement d'un site multimarque élargirait encore plus la stratégie de Ian Rogers sur l'avenir numérique des marques de luxe détenues par LVMH. « Nous avons besoin du numérique pour faire partie intégrante de ces maisons, comme le mobile fait partie de nos vies », a déclaré le jeune chef du numérique, dans une interview avec le magazine français JDD. « La nouvelle mesure du temps, c’est le clic. La clientèle découvre sur le web une nouvelle collection de vêtements avant de franchir la porte d'une boutique et parfois achète un article sans même y aller. En tant que marque vous devez être présent sur tous ces points de contact avec les clients et faire partie de cet écosystème. » Un magasin en ligne multimarque aiderait sans aucun doute LVMH à relier ses marques de luxe aux consommateurs de plus en plus exigeants, bien que chaque magasin propre aux marque devra probablement s’adapter pour s'assurer qu'il parle bien à son public-cible. En outre, chaque boutique en ligne devra également offrir une expérience d’achat unique, pas une tâche facile.

D’un point de vue positif, l’hébergement de toutes les marques de luxe, sous un même toit, permettrait également aux consommateurs de luxe d’avoir un point de chute unique pour tous leurs achats, sans se faire avoir. À l'heure actuelle, nous ne savons pas encore si la nouvelle plateforme multimarque fonctionnera comme une place de marché ou comme un modèle de gros, mais ce dernier semble être le choix le plus probable. LVMH a précisé qu'il ne travaillerait jamais avec d'autres plateformes de marché en ligne, comme Amazon, car il estime que l'image associée à de tels sites ne correspond pas à sa ligne. « Nous pensons que l'activité d'Amazon ne cadre pas avec LVMH et qu'elle ne correspond pas à nos marques », avait déclaré Jean-Jacques Guiony, chef des finances de LVMH, lors d'une conférence téléphonique en octobre dernier. « Nous n’envisageons absolument pas pour le moment de travailler avec eux. »

Bien que le commerce électronique représente un petit pourcentage des ventes globales d'articles de luxe, il devrait atteindre 70 milliards d'euros d'ici 2025, représentant 18 pour cent de toutes les ventes de luxe, avant d’ atteindre un plateau selon McKinsey & Company. En outre, le Boston Consulting Group a annoncé dans une étude récente que les sociétés de luxe devaient développer leur front numérique ou sinon elle risqueraient d’en souffrir gravement, car le numérique restait le « changement inévitable, et inéluctable de l'avenir ». Ainsi, même si toutes les marques détenues par LVMH possèdent leur propre stratégie numérique, le lancement d'un site multimarque, et donc l'unification de ses marques, dans un seul et même lie, semble être un pas en avant pour le conglomérat.

Photo : Louis Vuitton, Facebook