Un panier d'achat de 14.000 euros pour des chaussettes

Fondée il y a 8 ans par Vincent Metzger et Jacques Tiberghien, "Mes chaussettes rouges" est une start-up française spécialisée dans la vente d'accessoires... et de chaussettes, bien-sûr. Réputée notamment pour proposer en exclusivité la marque Gammarelli, chaussettes portées par Le Pape ou François Fillon, un article paru dans les pages Economie du Figaro le week-end dernier a annoncé que l'entreprise avait enregistré un panier record en décembre 2017 sur son site Internet. Montant du panier : 14.000 euros, uniquement constitué de chaussettes ! Grâce à la commande d'un client américain.

Le montant du butin

Interrogé par téléphone, Jacques Tiberghien, co-fondateur de l'entreprise, nous indique que la clientèle de Mes chaussettes rouges est majoritairement constituée d'hommes de 35 à 55 ans. Il ajoute que les paniers d'achat en ligne les plus élevés peuvent se situer entre 3000 et 4000 euros. L'achat de l'Américain a donc constitué une très bonne surprise pour les dirigeants de l'entreprise avant Noël 2017. Dans le panier du client, on recensait 40 paires de chaussettes, exclusivement de la marque William Abraham. 3 paires de chaussettes en poils de cervelt (cerf rouge rare) facturées 1023 euros chaque, ainsi que des chaussettes en poils de vigogne (famille du lama). Spécialisé dans la chaussette de luxe, les modèles de ce label sont imaginés aux Etats-Unis et fabriqués en Italie. Leur prix public moyen est de 100 dollars la paire environ. En 2016, Mes chaussettes rouges a fait l'acquisition de la firme William Abraham, ceci explique probablement l'extraordinaire commande de l'Américain, fidèle client de la marque.

Perspectives d'avenir

Grâce au modèle alliant site Internet depuis 2009 et l'ouverture de la première boutique Mes chaussettes rouges à Paris en 2013, les fondateurs annoncent vendre en moyenne 300.000 paires de chaussettes par an. Développant leurs propres collections, en 2018, ils espèrent confirmer le succès de la ligne "Super Solide". Fruit de deux ans de recherche et développement, celle-ci conjugue mélange de matières savant et procédé de tricotage étudié. Les "super solide" représentent déjà 20 pour cent des ventes. La société a également pour projet d'étendre sa gamme femme, une styliste travaille actuellement sur la création, et de lancer d'ici le mois juin, si possible, des chaussettes de tennis qui ne boulochent pas ou ne deviennent pas rêches sitôt le premier lavage effectué.

Visuel d'illustration : avec la courtoisie de Mes chaussettes rouges

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS