Baisse du nombre de visiteurs pour Première Vision qui reste optimiste

La dernière édition de Première Vision a accueilli un total de 56 475 visiteurs du 13 au 15 septembre dernier. Soit 8,8 pour cent de moins par rapport à l’édition de septembre 2015 pour un nombre d’exposants quasi identique (-1,3 pour cent). Les organisateurs expliquent ce recul de la fréquentation par le fait que les visiteurs doivent subir une accélération constante du rythme de leur activité – toujours plus de collections – ce qui implique de réels problèmes d’organisation et de déplacement. « Concentrée sur moins de jours, les visites de salons professionnels s’effectuent aujourd’hui par des équipes plus resserrées et directement opérationnelles » indique l’organisation.

Première Vision reste néanmoins fier, à juste titre de la manifestation qui reste, et de très loin, avec ses 1898 entreprises exposantes, un événement inégalé dans le secteur. Le salon rappelle d’ailleurs qu’il y a une évolution positive par rapport à l’édition de février 2016, avec une double croissance à la fois de sa fréquentation (+2,7 pour cent) et de ses exposants (+10 pour cent). « Ces chiffres témoignent d’un marché fortement impacté et menacé par les tensions politiques, les menaces sécuritaires, une croissance des pays émergents moins soutenue (Chine) ou en réelle difficulté (Brésil, Russie...), et un repli de la consommation textile-habillement- cuir mondiale (-0,3 pour cent en 2015) » indique le communiqué du salon.

Le top 10 des pays visiteurs

Le top 10 des pays visiteurs (chiffres communiqués par le salon) est globalement stable : le quatuor de tête, européen, reste inchangé – France, Italie, Royaume-Uni, Espagne. Dépassée par la Chine, l’Allemagne perd une place avec une fréquentation stable par rapport à février dernier. Les Etats-Unis conservent leur 7ème rang des pays visiteurs et marquent une hausse significative de leur fréquentation par rapport à l’édition de Février 2016. Le recul de la Turquie, qui conserve sa place au 8ème rang, est largement dû aux aléas du calendrier - fêtes de l‘Aïd-el-Kébir concordant avec les dates de Première Vision Paris – et aux tensions politiques récentes. Enfin le Japon, moins présent par rapport à septembre 2015, perd une place dans le classement au bénéfice de la Belgique.

L’activité des tisseurs et tanneurs a été en croissance en volume en 2015

Le salon a mis en place pour la première fois un « baromètre » visant à étudier «l’économie des matières créatives pour la mode». Ce baromètre est constitué de deux indices (exprimés en pourcentage d’évolution des volumes de production) : le premier s’intéresse à l’industrie textile, le deuxième à l’industrie du cuir. Quatre points clés ressortent des résultats obtenus.

Le premier – sans doute le plus important – met en avant le fait que l’activité des tisseurs et tanneurs a été en croissance en volume en 2015. C’est une donnée positive puisqu’en 2015, la consommation d’habillement était en recul dans presque dans tous les pays d’Europe. Autre point clé : le marché des matières créatives est plus dynamique que le marché mondial : le marché des textiles créatifs a enregistré, en moyenne, une hausse de 2,1 pour cent de sa production en volume par rapport à 2014.

Enfin, ce baromètre permet d’apprendre d’une part qu’en Europe, une nouvelle segmentation vers le haut des collections des tisseurs permet de maintenir le chiffre d’affaires malgré des volumes en baisse. Et d’autre part, que la dynamique du luxe, bien que ralentie depuis plusieurs saisons, soutient malgré tout l’activité des tanneurs. Globalement, le marché des matières cuir et fourrures créatives a enregistré une hausse de 3,9 pour cent en volume par rapport à 2014, ce qui correspond à une croissance bien plus soutenue que celle observée par l’indicateur de la production mondial qui est en légère hausse de 0,9 pour cent.

Crédit photo : Première vision

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS