La fondation de la Haute Horlogerie accueille 12 nouveaux membres

La FHH peut s’enorgueillir à juste titre du chemin parcouru depuis sa fondation en 2005. Créée par le groupe Richemont, sous l’impulsion d’Alain Dominique Perrin – groupe qui comprend un nombre important de manufactures prestigieuses (Cartier, Jaeger-Lecoultre, IWC etc.) – mais aussi par les manufactures indépendantes Audemars Piguet et Girard-Perregaux (qui appartient désormais au groupe Kering via la filiale Sowind), cette fondation s’était fixée le but de promouvoir la Haute Horlogerie dans le monde. But amplement atteint depuis. L’une de ses principales activités de la fondation est l’organisation du salon SIHH à Genève en janvier.

On peut dire en toute objectivité que cette fondation est désormais un acteur non seulement légitime mais aussi incontournable dans la défense et le rayonnement de la Haute Horlogerie à travers le monde. Pour soutenir ses activités d’information, de formation et d’organisation événementielle, la Fondation a réussi le tour de force de réunir autour de son nom la majorité des grands acteurs de l’horlogerie traditionnelle et contemporaine. Un cercle prestigieux qui s’élargit aujourd’hui avec l’arrivée de douze marques qui portent à 41 le nombre de partenaires.

Armin Strom, Chronométrie Ferdinand Berthoud, DeWitt, Grönefeld, Hautlence, Kari Voutilainen, Laurent Ferrier, Ressence, Romain Gauthier, RJ-Romain Jerome, Speake-Marin, et Urwerk comptent ainsi désormais parmi les soutiens actifs de la Fondation de la Haute Horlogerie. « Nous sommes très heureux de pouvoir compter sur l’appui de cette nouvelle génération de créateurs, représentative de l’horlogerie contemporaine » souligne Fabienne Lupo, Présidente Directrice Générale de la Fondation de la Haute Horlogerie.

Hermes quitte Baselworld pour SIHH

« Sans le soutien de ses partenaires, la FHH n’aurait pu être à la hauteur de ses ambitions et assurer avec un tel engagement sa mission de promouvoir les savoir-faire et les valeurs de la Haute Horlogerie ». Ces marques qui représentent toutes les facettes de l’horlogerie actuelle (maisons de traditions, artisans-créateurs, nouvelle horlogerie) rejoindront, pour celles qui ne l’ont déjà fait le carré des créateurs du salon SIHH.

On ne sait pas, par contre, ce que pense de cette évolution un autre acteur incontournable de la Haute Horlogerie, à savoir le Salon Baselworld. En effet, plusieurs marques illustres, qui jusqu’à maintenant, présentaient chaque année leur travail à Bâle, au printemps, ont choisi de franchir le pas pour s’installer au salon SIHH en janvier. Ainsi, la maison Hermès a d’ores et déjà annoncé qu’elle quittait Bâle pour Genève. Une défection importante pour Baselworld dans un contexte tendu : Dior Horlogerie ne participera pas non plus au salon en mars 2018 suivant ainsi Boucheron qui des 2017 avait choisi de renoncer à cette foire internationale. Grosso modo, la grand-messe baloise a perdu 200 maisons ces dernières éditions, portant ainsi le nombre d’exposants à 1300.

Crédit photo : FHH, dr

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS