Première Classe Tuileries : 30 ans et plus que jamais dans l’air du temps

Du 27 au 30 septembre, l’heure est à la célébration pour le salon de l’accessoire. Sylvie Pourrat, directrice de l’offre global de WSN Développement, décrypte pour nous ce rendez-vous qui a grandit avec elle.

FashionUnited : 1989-2019, que vous inspirent ces 30 ans de Première Classe ?

Sylvie Pourrat : Pour ma part, cela fait 20 ans que j’accompagne WSN Développement. Il s’en est passé des choses ! Le rendez-vous est toujours sous l’égide de Xavier Clergerie, qui a lancé les salons professionnels Première Classe et Who’s Next, et l’on pourrait avoir envie de dire que nous avons avons vieilli. Mais il en est rien ! Dans ce monde tourmenté de la mode, nous continuons à célébrer l’accessoire ; nous sommes comme un phare qui sécurise. En pleine fashion week, nous illustrons bien notre positionnement qui offre un vrai regard sur la création, le retail. Plus que jamais, nous confirmons notre légitimité, notre sérieux.

Première Classe Tuileries : 30 ans et plus que jamais dans l’air du temps

Comment se positionne Première Classe Tuileries aujourd’hui ?

30 ans, cela fait sérieux et mais cette édition sera aussi festive mais surtout engagée et tournée vers l’avenir. Depuis un an, WSN Développement s’est remis en question et s’est doté d’une vraie structure RSE. L’idée est de travailler mieux avec des valeurs positives. Le message que nous avons lancé avec Impact sur Who’s Next en septembre affirme notre nouvelle posture. Désormais tous nos rendez-vous auront cette étiquette Impact. Plus que jamais nous faisons un travail d’intrusion envers les marques pour comprendre où est leur singularité, qui est le créateur, qui y a t-il derrière un style … ? Nous voulons un vrai discours de vérité !

Qu’est-ce qui attend les visiteurs ?

L’événement sera marqué par un grand exercice de style auquel nous avons convié 30 créateurs importants pour Première Classe Tuileries. Sous le thème “Collection 00“ seront présentées leurs pièces créées spécialement pour nous à l’entrée de la tente Louvre. Entre accessoire, mode et même art, on retrouvera Karine Arabian, Irina Volkonskii, Katherine Pradeau, Octavio Pizzaro, On Aura Tout Vu, Philippe Audibert, Philippe Ferrandis ou encore Philippe Roucou … Pour les professionnels qui seront séduits par ces pièces exclusives, une marketplace sera mise en place pour les acheter. Nous accueillons aussi la plateforme responsable et organisatrice d’événements 1.618. Celle-ci présentera une offre lifestyle premium qui célébre la création responsable. Enfin, aux côtés des 400 marques d’accessoires, la mode a aussi toute sa place. Nous présentons une cinquantaine de noms mais accueillons aussi 5 anciens finalistes du Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de Hyères dont nous sommes partenaires depuis 2016. De même que, mécène de l’ANDAM, nous présentons les 3 lauréats 2019 (Koché, Nicolas Lecourt Mansion et Khaore) au cœur d’un jeu de miroirs créatifs sur l’espace VIP, à l’entrée de la tente Louvre…

Première Classe Tuileries : 30 ans et plus que jamais dans l’air du temps

Vous parliez de marketplace avec l’exercice de style “Collection 00“. Le digital prend peu à peu place au cœur de l’événement ?

Tout à fait ! C’est très symbolique et cela marque notre passage vers le futur ! Cela montre clairement où en est le salon actuellement. En 30 ans, nous avons toujours célébré la création mais avons aussi assisté à l’apogée du digital et surtout connu la crise. Aujourd’hui, il faut raisonner avec le digital et avoir une vision à 360 degrés.

Pour finir, pouvez-vous nous confier 3 anecdotes en 20 ans de métier ?

La première concerne mon premier salon en octobre 1999. L'époque était à l'affluence et au business, le salon Première Classe était bondé. Jamin Puech exposait sur un petit stand et les acheteurs se bousculaient pour commander les produits. Une longue file criait alors la curiosité ambiante.

En seconde anecdote, je parlerai de Kim&Garo. Ils avaient quant à eux mis dès le dimanche matin un panneau sur leur stand qui indiquait " Prises de commandes clôturée". Pour autant, les filles insistaient pour commander et eux ne pouvaient plus produire donc ne pouvait pas prendre les commandes. C'était fou !

Enfin, en troisième anecdote, je vous parlerai plutôt d’un élément qui traduit la rigueur du travail effectué sur ce salon depuis 30 ans : c'est le “merci“ d'un créateur qui scelle une relation qui souvent débute par un bras de fer au niveau de la sélection. Quand celui-ci admet qu'il n'était prêt et que nous avons eu raison de le faire patienter... Bref, ce gros travail de consulting est toujours payant... ça fait chaud au cœur.

Première Classe Tuileries : 30 ans et plus que jamais dans l’air du temps

Photos : Première Classe - Portrait de Sylvie Pourrat - Affiche Première Classe Tuileries octobre 2019

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS