Brandalley : le site français est en redressement judiciaire

L’hyper concurrence est rude dans le secteur des ventes privées, de nouveau en crise. Brandalley est depuis le 4 septembre de nouveau en redressement judiciaire, une information du magazine Lsa. La période d’observation court jusqu’au 4 mars 2020. Déjà en juin dernier, le holding propriétaire du site avait vu son plan de sauvegarde converti en redressement judiciaire.

Ce n'est pas la première fois que ce site, plombé par des dettes importantes, utilise cette procédure mais aujourd’hui toutes les plateformes d'affiliation cessent leurs flux sine die. Brandalley revendiquait en 2018 un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros.

La société française a été fondée en 2005 et rachetée en 2014 par Cyril Andrino. Elle a été reprise début 2019 par un pool d'actionnaires individuels issus de l'univers de l'informatique et de la tech, représentés par Model Conseil, Sparta et Retail Fast Forward et emmené par un nouveau patron, Paul-Henri Cécillon. Ce dirigeant a passé quelques années à la tête de Sinéquanone avant d’être nommé à la direction de la filiale française de New Look dont la liquidation judiciaire a été récemment prononcée.

Brandalley a déjà connu de nombreux soubresauts

L’ancien dirigeant, Cyril Andrino affirmait à nos confrères de LSA : "Brandalley a dégagé 3 millions d'euros de résultat net en 2018 et une trésorerie positive de plusieurs millions. Mais dès mon départ, un tas de décisions catastrophiques a été pris, comme de stopper tous les achats, en pensant faire de la marketplace."

Les ennuis de Brandalley ne feraient que commencer. Les différents entre les actionnaires devraient conduire au dépôt de plusieurs plaintes, notamment contre l'ancienne direction et contre les fonds A Plus Finance et Kreaxi. Ensuite, la scission de l’entité britannique de Brandalley, totalement indépendante est en bonne santé et pourrait reprendre la plateforme française à la barre du tribunal.

Dans ce contexte difficile, Showroomprivé a récemment annoncé qu’il n'atteindrait pas ses objectifs de profitabilité en 2019. Pendant ce temps, les sites généralistes comme Amazon continuent de grossir.

photo : Paul - Henri Cécillon, dirigeant de Brandalley

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS