• Home
  • Actualite
  • Business
  • Burberry conditionne un emprunt de 300 millions de livres à sa RSE

Burberry conditionne un emprunt de 300 millions de livres à sa RSE

By Odile Mopin

18 janv. 2022

Business

Burberry

C’est BlackRock, l’un des premiers gestionnaires d’actifs du monde qui a initié le mouvement en 2018, annonçant clairement son intention de privilégier le financement des entreprises qui corrèleraient leur stratégie au développement durable. Depuis, les liens entre finances et RSE se tissent et les prêts, notamment dans la mode et le luxe, conditionnés à des engagements durables, se multiplient.

C’est au tour de Burberry, qui annonce avoir contracté un prêt (une ligne de crédit renouvelable) de 300 millions de livres sterlings (359 millions d’euros), coordonné par la Lloyds Bank. Ce prêt est lié à la réalisation d’objectifs RSE clés dans le cadre de l’ambition de l’entreprise d’atteindre l’objectif de devenir net zéro carbone d’ici 2040.

Par étape, cela induit l’accélération des réductions d’émissions sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement étendue de la griffe de 46 pour cent d’ici 2030 pour un passage totalement éco-responsable en 2040. Soit, souligne Burberry, avec dix ans d’avance sur la trajectoire de limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius prévue par l’Accord de Paris.

Le prêt est ainsi conditionné aux efforts de Burberry pour intégrer la RSE dans l’ensemble de ses opérations, y compris donc dans ses sources de financement. En septembre 2020, la griffe britannique est devenue la première marque de luxe à émettre une obligation durable, sollicitant le soutien d’investisseurs pour financer des projets de développement durable ambitieux, garantissant notamment que ses matières premières soient durables et éliminant le plastique de ses emballages.

« Chez Burberry, nous pensons que notre succès à long terme dépend de la création d’un avenir zéro impact. Lier les sources de financement aux initiatives durables contribuera à impulser et stimuler un cercle vertueux, non seulement dans l’industrie du luxe mais aussi dans l’ensemble de l’économie », a commenté Julie Brown, directrice des opérations et des finances.

Depuis 2016, la marque a déployé de nombreux axes de progression en matière de décarbonisation de ses activités : elle a notamment réduit ses émissions de 92 pour cent et vise cette année la neutralité carbone en interne. De plus, elle n’utilisera plus que de l’énergie renouvelable en 2022.

BURBERRY
MODE DURABLE