• Home
  • Actualite
  • Business
  • Chargeurs surfe sur sa division Santé

Chargeurs surfe sur sa division Santé

By Odile Mopin

27 janv. 2021

Business

Avec un chiffre d’affaires de 822 millions d’euros, en croissance organique de 27, 5 pour cent, le groupe lainier Chargeurs peut se montrer confiant dans l’avenir. La croissance publiée, atteint quant à elle 31, 3 pour cent, liée aux acquisitions réalisées en 2019 et 2020 pour constituer Chargeurs Museum Solutions, pour les supports techniques destinés à la création visuelle.

Mais la performance de l’exercice est avant tout tirée par la nouvelle branche Chargeurs Healthcare Solutions. La marque Lainière Santé, lancée en 2020, propose notamment des masques normés et haute filtration pour les collectivités, les entreprises etc. Elle propose également de la vente directe au consommateur, via son site de vente en ligne, qui a généré 10 millions d’euros pour sa recette pour sa première année d’exploitation. Des produits fabriqués sur le site d’entoilage, donc de tissus déjà techniques de la Lainière du Picardie, usine française de Chargeurs « Extrêmement rentable », selon le groupe, elle a enregistré un chiffre d’affaires de 303, 6 millions d’euros. L’offre de produits va d’ailleurs s’élargir avec le projet d’acquisition de la marque de soins capillaires et brosseries haut de gamme Fournival Altesse, fondée en 1875 et réputée être la « haute couture » de la brosse.

Le groupe protéiforme s’est grandement transformé depuis quelques années. Sa branche lainière (qui est son premier métier) recentrée sur le négoce de laine haut de gamme, ne représente plus qu’une portion congrue de ses revenus : 64, 6 millions d’euros, en baisse de 34, 6 pour cent. « Le métier a subi les répercussions d’un ralentissement généralisé de la mode et du luxe, et d’un cours moyen de la laine ayant fortement baissé en 2020 en raison de l’atonie de la demande et qui explique une bonne part du recul des ventes », indique Chargeurs. Tandis que son activité d’entoilage à destination de marques du monde entier, à 131, 8 millions d’euros, se réduit de 35, 3 pour cent. En cause : l’impact de la pandémie sur les secteurs de la mode et du luxe.

Crédit: Lainière Santé