• Home
  • Actualite
  • Business
  • Comment la chute du prix des vêtements freine-t-elle l'inflation au Royaume-Uni ?

Comment la chute du prix des vêtements freine-t-elle l'inflation au Royaume-Uni ?

By AFP

24 mars 2021

Business

Londres - L’inflation au Royaume-Uni a freiné plus qu’attendu en février, le confinement dans le pays occasionnant des rabais sur de nombreuses catégories de produits, principalement les vêtements et chaussures, qui ont subi sur un an leur pire chute depuis 2009.

L’indice des prix à la consommation a ainsi ralenti à 0,4 pour cent sur un an contre 0,7 pour cent en janvier, une hausse du prix des transports, des carburants et du coût du logement ayant partiellement compensé ce mouvement de recul dans l’habillement et les chaussures, rappelle l’Office national des statistiques (ONS).

Ces deux types de produits ont eu un effet “essentiellement négatif sur l’inflation ces deux dernières années”, note l’ONS, qui remarque que d’ordinaire ils suivent un schéma de prix saisonnier.

“En 2020 ils ont suivi une trajectoire différente”, avec “plus de réductions en mars et avril en réponse au premier confinement au Royaume-Uni”, une stabilisation puis de nouveau de forts rabais en octobre et novembre “pendant que de nombreuses régions retournaient en confinement”, poursuit-il. Cela s’est traduit “par une chute du prix des vêtements et chaussures de 5,6 pour cent au cours de l’année terminée en février, la plus forte depuis novembre 2009”.

“ des stocks d’invendus considérables”

“Les confinements ont laissé les distributeurs d’habillement avec des stocks d’invendus considérables à écouler”, constate Pantheon Macro. La maison de recherche Capital Economics note que l’inflation en février est très inférieure au taux de 0,8 pour cent attendu en moyenne par les analystes. Ces données “illustrent donc la désinflation générée par les confinements liés au Covid-19, ce qui va retarder le rebond à une inflation à 2 pour cent” visé par la Banque d’Angleterre, et peut-être inciter les marchés à reconsidérer leurs prévisions pour les taux d’intérêt l’an prochain.

L’habillement est l’un des secteurs les plus durement touchés par la crise sanitaire avec des magasins forcés de fermer pendant des mois malgré un bond du commerce en ligne, et des consommateurs peu tentés d’acheter de nouvelles tenues pour rester chez eux.

La semaine dernière la Banque d’Angleterre avait maintenu jeudi sa politique monétaire inchangée, prise entre la crainte d’une remontée de l’inflation qui a bousculé les marchés et une reprise post-pandémie qui s’amorce à peine. Elle a dit s’attendre à une remontée rapide de l’inflation autour de son objectif de 2 pour cent au printemps.

Elle avait laissé entendre qu’une remontée des taux d’intérêt n’était pas à attendre avant des “preuves concrètes” que l’économie avait repris des forces mais en revanche, en cas de faiblesse de l’inflation, “le comité (de politique monétaire) se tient prêt à prendre toute action supplémentaire”, avait-elle prévenu. (AFP)

Crédit : Unsplash, Brad Starkey.