Croissance au beau fixe pour Hermès dont les ventes augmentent toujours plus

Le groupe de luxe Hermès a poursuivi sur sa lancée au troisième trimestre, avec des ventes toujours au beau fixe dans toutes les régions du monde, et une accélération de sa croissance organique qui a atteint 11,3 pour cent.

"Nous continuons de délivrer une performance robuste, et une croissance particulièrement saine puisqu'il s'agit de croissance organique. C'est un très bon trimestre, tous les métiers sont en hausse et toutes les zones géographiques progressent", s'est félicité mercredi le président du groupe, Axel Dumas, lors d'une conférence téléphonique.

Le sellier-maroquinier du faubourg Saint-Honoré a réalisé un chiffre d'affaires de 1,33 milliard d'euros entre juillet et septembre, une performance supérieure aux consensus établis par Bloomberg et Factset qui tablaient respectivement sur 1,314 et 1,311 milliard d'euros. Si sa croissance trimestrielle publiée s'affiche à +6,4 pour cent sur un an, elle atteint 11,3 pour cent en données organiques (soit à taux de change constants), contre 11,2 pour cent au premier trimestre et 8,3 pour cent au deuxième. Sur les neuf premiers mois de l'exercice, la croissance organique s'affiche à 10,2 pour cent.

Les ventes sur neuf mois ont passé la barre des 4 milliards d'euros, malgré un impact négatif des taux de change à hauteur de 25 millions d'euros, précise dans un communiqué le fabricant des célèbres carrés de soie et des sacs Birkin et Kelly.

La Maroquinerie-Sellerie, division phare du groupe qui réalise la moitié des ventes, voit son chiffre d'affaires légèrement baisser par rapport au trimestre précédent (653 millions d'euros contre 708 millions), mais cette performance est "en ligne avec l'objectif annuel de progression d'environ 10%" - qui correspond au potentiel actuel de production. "Nous avons la chance de ne pas avoir de stock et de vendre tout ce que nous produisons", a précisé Axel Dumas à l'AFP.

Nouvelles maroquineries

Pour renforcer plus encore ses capacités de production de sacs et de petite maroquinerie - entièrement "Made in France" -, Hermès a annoncé il y a quelques jours la construction, à l'horizon 2020, de deux nouvelles maroquineries dans l'Hexagone qui permettront de créer à terme un total de 500 emplois.

Du côté des Vêtements et Accessoires, les ventes grimpent de 11,9 pour cent sur le trimestre, tandis que le métier Soie et Textiles enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 16,8 pour cent. La division Parfums est en nette progression de 23 pour cent, tirée par le lancement du parfum Twilly.

C'est en Europe que les ventes enregistrent la plus forte croissance organique (13,2 pour cent), tandis que la zone Amériques augmente de 8,7 pour cent et l'Asie de 10,9 pour cent, bénéficiant notamment d'une "dynamique favorable tant en Chine continentale que dans les pays d'Asie du Sud".

Concernant ses perspectives à moyen terme, Hermès "confirme un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux", "malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde". Mais, comme il l'avait déjà indiqué en septembre, il prévient que sa bonne performance au premier semestre, qui avait "bénéficié de l'impact non récurrent des couvertures de change issues de l'année 2016, ne peut être extrapolée sur l'ensemble de l'année 2017", sans plus de précisions chiffrées. Hermès avait franchi en 2016 le cap du milliard d'euros de bénéfice net, assorti d'une rentabilité opérationnelle historique. (AFP)

Photo: Hermes Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS