Le groupe textile inventeur du Thermolactyl a publié jeudi 7 mars ses résultats semestriels. Ils sont en baisse sensible. Au premier semestre de son exercice 2018-2019, clos fin décembre, Damartex annonce un chiffre d’affaires de 384, 9 millions d’euros, en repli de 5, 7 pour cent, pour un résultat net déficitaire de 3, 8 millions d’euros. Il a été particulièrement affecté durant la période par les coûts de fermeture de l’enseigne Vivadia (plateforme sur le segment des seniors), pour un montant de 1, 3 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires de l’activité « Textile » s’élève à 296, 6 millions d’euros, en recul significatif de 7, 5 pour cent au regard du premier semestre de l’exercice précédent. La période, note le groupe de Roubaix, a été particulièrement impactée par le repli de Damart, la marque phare (- 5, 7 pour cent) et d’Afibel (-16, 6 pour cent).

L’activité « Home et lifestyle », se montre plus performante mais n’est pas assez importante pour compenser la baisse des ventes de Damartex. Elle progresse de 0, 8 pour cent. Son chiffre d’affaires semestriels, qui s’élève à 88, 2 millions d’euros a notamment été tiré par Coopers of Stortford (+ 3,3 pour cent). Cette enseigne britannique reprise voici plusieurs années par Damartex et centrée sur les seniors est spécialiste de la vente à distance. Elle dipose d’un magasin physique près de Cambridge. Vitrine Magique, catalogue d’objets et mobilier pour la maison, retrouve également une dynamique positive (+ 2,7 pour cent).

L’activité « Textile » est en forte baisse

Le groupe commente ces résultats en soulignant l’impact du mouvement des Gilets Jaunes, « qui a conduit à la fermeture intermittente de nombreux magasins à partir de mi-novembre ». Il invoque par ailleurs la crainte d’un « Hard-Brexit » en Grande-Bretagne, contribuant à un « climat particulièrement anxiogène pour les seniors en Europe qui se montrent très attentistes dans leur consommation ».

Dans ce contexte difficile, Damartex prévoit, grâce à sa toujours bonne solidité financière et son endettement contenu, de maintenir un niveau élevé d’investissements en vue de « la transformation indispensable pour répondre aux enjeux d’évolution des modes de consommation ». Le groupe a par ailleurs mis en œuvre un plan d’économies de près de 10 millions d’euros « touchant toues les natures de dépenses non visibles par ces clients ».

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS