Défi "Rien de neuf?": Le salon Emmaüs inaugure un grand village textile

La plus grande vente solidaire de France ouvrira ses portes dimanche 23 juin à la porte de Versailles. Il s’agit du salon Emmaüs qui fête sa 19e édition après une année d’absence mais qui revient plus dynamique que jamais pour célébrer par ailleurs les 70 ans du mouvement fondé par l’abbé Pierre. 20 000 visiteurs sont attendus. Pour ce grand rendez-vous annuel, 130 groupes Emmaüs de France et d’Europe se réunissent et peaufinent leurs stands en mettant en valeur les articles glanés au fil des mois.

« Le salon Emmaüs, indique le communiqué, c’est la vitrine d’un modèle alternatif de société, pour un avenir repensé, vers une économie noble, respectueuse à la fois des hommes et de l’environnement ! » Ces mots pourraient trouver un écho tout particulier dans le cœur des fashionistas cette année. Voici pourquoi.

Les chiffres régulièrement communiqués par l’IFM indiquent que les français ont décidé de réduire leur budget mode dans leur consommation annuelle globale. Ce phénomène s’inscrit en réalité dans une tendance lourde : en 1960 les ménages consacraient 9,1 pour cent de leurs dépenses aux vêtements. En 2007, ce pourcentage n’était plus que de 3,9 pour cent. Une tendance lourde qui s’accentue : depuis 2017, le marché du textile et de l’habillement a perdu 15 pour cent de sa valeur. Une perte considérable à laquelle il faut ajouter un nouveau recul des ventes en 2018.

Dans le même temps, un marché grandit : le marché de l’occasion. Il est estimé à un milliard d’euros d’après l’IFM. 30 pour cent des Français disent avoir acheté un vêtement d'occasion en 2018, contre seulement 15 pour cent en 2010. Besoin de faire des économies ou volonté d’effectuer des achats responsables ? Les deux surement, tant les deux notions, matérielles et morales, sont intrinsèquement entremêlées. C’est dans ce contexte qu’il faut observer l’émergence du mouvement Rien de neuf qui est un défi lancé par l’association Zero Waste. Ce défi qui consiste à trouver des solutions alternatives aux achats de produits neufs a été relevé par 15 000 citoyens en 2018. D’apres l’association, citée par Le Figaro, 100 000 participants devraient relever le défi cette année. Les modalités et les enjeux de ce défi collectif sont accessibles via un site dédié baptisé riendeneuf.org

115 000 tonnes de textiles collectées chaque année

Cette envie de consommer différemment pourra se développer précisément lors de la nouvelle édition du salon Emmaüs. En effet, pour la première fois, l’évènement inaugure un grand « Village textile » qui réunit sur 400 m2, des vêtements neufs issus des invendus de différentes marques, des articles de seconde main venant des dons de particuliers faits aux différents groupes Emmaüs ainsi que les pièces uniques réalisées par les salariés en réinsertion Emmaüs à partir de matériaux de récupération. Le salon propose également pour la première fois une grande braderie solidaire appelée « 1,2, 3 euros, partez ! ».

L’association Zero Waste sera sur le salon pour inciter les visiteurs à relever son pari Rien de Neuf : le public pourra ainsi découvrir en temps réel la quantité de matières premières économisée en achetant d’occasion sur l’un ou l’autre stand. Des affiches réparties dans le hall du Parc des expositions révèleront également le poids nécessaire en matières premières pour produire des objets neufs. A 11H30 et 15H30, les visiteurs seront invités à venir échanger autour de leurs habitudes de consommation lors de deux conférences animées par Marine Foulon de l’association Zero Waste France et Valérie Fayard directrice du pôle innovation d’Emmaüs France et Aline Gubri, ambassadrice du « Défi ».

Il n’est pas anodin de rappeler ici que depuis 70 ans, Emmaüs s’implique activement contre le gaspillage vestimentaire et la surconsommation, aussi bien à travers une économie circulaire que par des actions militantes. Au sein du Mouvement, 115 000 tonnes de textiles, linges de maison et chaussures sont collectées chaque année, soit 55 pour cent de la collecte nationale. 3 000 salariés répartis dans 470 boutiques sont ainsi employés pour l’activité de revalorisation du textile d’occasion et font de cette filière l’une des principales activités d’Emmaüs.

Crédit photo : riendeneuf.org

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS