• Home
  • Actualite
  • Business
  • Des fabriques textiles du Bangladesh rouvrent malgré le confinement

Des fabriques textiles du Bangladesh rouvrent malgré le confinement

By AFP

28 avr. 2020

Dacca - Des centaines d'ateliers textiles ont rouvert au Bangladesh, en violation du confinement en vigueur dans ce pays, un des centres mondiaux de production de vêtements, au risque d'une propagation du coronavirus parmi la main d'oeuvre, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Forcées de fermer leurs boutiques à travers le monde pour respecter les mesures de confinement, les grandes marques de prêt-à-porter ont annulé pour au moins 3,1 milliards de dollars de commandes passées dans ce pays d'Asie du Sud, selon l'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh (BGMEA).

Les manufactures ont cessé leur activité fin mars à la suite du confinement imposé aux 168 millions de Bangladais, mais certains fabricants disent subir des pressions pour honorer des commandes d'exportations dans les délais prévus, sous peine de perdre des clients au profit de leurs concurrents vietnamiens ou chinois.

"Nous devons accepter le coronavirus comme une réalité de la vie. Si nous n'ouvrons pas nos usines, il y aura une crise économique", a déclaré à l'AFP le vice-président de l'Association des fabricant et exportateurs de textile du Bangladesh, Mohammad Hatem.

Lui-même dit avoir rouvert partiellement une usine qui travaille notamment pour la marque britannique Primark.

A Ashulia, centre industriel en périphérie de la capitale Dacca, où sont implantées près de 600 usines, quelque 200.000 ouvriers du secteur ont repris le travail ce week-end, a affirmé à l'AFP une porte-parole de la police, Jane Alam.

Les vêtements représentent 80 pour cent des exportations nationales et fournissent des emplois à plus de quatre millions de personnes, principalement des femmes de villages pauvres des zones rurales.

Des dirigeants syndicaux ont mis en garde contre une explosion du nombre de contaminations au Covid-19 en cas de reprise massive du travail.

Le pays compte officiellement 145 morts pour quelque 5.500 cas, mais peu de tests ont été effectués et les experts considèrent ces donnés comme probablement très inférieures à la réalité. (AFP)