Deux jeunes diplômés d’HEC veulent révolutionner le vide dressing

Encore un Vide Dressing en ligne ? Eh oui, et qui plus est, fondé par deux jeunes hommes, fraichement diplômés d’HEC. Alexis Alban est le marketeur, Tayfun Akaltun se charge du développement. Le site, fondé en 2014, se nomme MyModalist , un vide dressing « Zéro contrainte » avec une spécificité majeure : le rachat cash pour les pièces tendances. "Les vendeuses n’auront donc plus à attendre plusieurs semaines avant d’être payées. Plus besoin d’attendre que les vêtements soient vendus pour toucher ses gains, garantissent les deux fondateurs. Les vendeuses n’ont qu’à attendre leur virement pour rafraîchir leur garde-robe ! »

Le déclic qui a donné envie aux deux entrepreneurs de concurrencer Vestiaire Collective, Vide dressing et autre Instant Luxe (sans même parler de Ebay, ou Leboncoin), c’est une année passée à HEC entrepreneur. « Nous avons rencontré et travaillé avec certains des entrepreneurs les plus connus de France et nous avons compris qu'entreprendre maintenant était la meilleure des choses que nous pouvions faire. »

Le moteur de leur aventure a donc été l’envie de changer le quotidien des gens. Tout simplement. Une énergie et une soif du défi qui n’oublient pas la force de l’analyse et de la réflexion. « MyModalist, c’est une marketplace qui se caractérisent par deux valeurs innovantes : l’élimination des contraintes pour les vendeuses et l'expérience du neuf au prix de l'occasion pour les acheteuses » explique Alexis Alban pour le site Entreprendre C Grandir (édité par le Crédit Mutuel ARKEA).

« Un algorithme pour définir le bon prix »

Le site (qui s’adressera bientôt aux hommes également) a été finement pensé. Deux algorithmes permettent de définir le bon prix pour chaque vêtement en quelques secondes afin qu'il soit vendu en quelques jours, indiquent les deux fondateurs. Trois logiciels se greffent à notre site pour mettre en ligne nos produits en quelques minutes (automatisation de la retouche photo, logiciels de saisie pour la description, simulateur de prix) ».

Les deux jeunes entrepreneurs ont intégré depuis quelques mois un incubateur HEC qui leur a fait bénéficier d’un mentoring de qualité. Un plus apprécié qui les aider à avancer dans leur business en rencontrant d’autres entrepreneurs « des personnes qui ont de l’expérience et qui sont à l’écoute de nos problématiques ». De quoi employer à leur avantage cet adage bien connu de la célèbre école de commerce : apprendre à oser ! Une vertu fondamentale quand on souhaite révolutionner une industrie déjà très compétitive.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS