• Home
  • Actualite
  • Business
  • En discussion avec Farfetch, Richemont cherche à se séparer de YNAP

En discussion avec Farfetch, Richemont cherche à se séparer de YNAP

By Don-Alvin Adegeest

22 oct. 2021

Business

Crédit : YNAP

Richemont explorerait plusieurs options pour se décharger de Yoox Net-a-Porter (YNAP), le pure player du luxe. Selon le blog d'informations Miss Tweed, le groupe suisse a accepté le fait que l’entreprise a « perdu la course à la technologie ».

Le propriétaire des maisons de luxe telles que Cartier, Chloé, Alaia et Delvaux, se retrouve dans une sorte de dépression technologique, où des entreprises comme Alibaba, accélèrent la numérisation de l'industrie du luxe. Richemont s'est récemment associé à Farfetch pour créer la coentreprise Farfetch China et a investi dans Farfetch Limited. Les deux entreprises seraient à présent en pourparler pour discuter de l’avenir de YNAP.

Les bénéfices de Farfetch ont dépassé la plupart des entreprises de mode numérique sur la base d'un modèle de vente qui ne tient pas d'inventaire mais facture un pourcentage des ventes des boutiques sur la plateforme. Selon Miss Tweed, le PDG de Farfetch, José Neves, n'a aucun intérêt à investir dans YNAP.

YNAP, autrefois leader des services omnicanaux et de la logistique des ventes en ligne, perd des parts de marché au profit de Farfetch, dont le service de back-end Farfetch Platform Solutions (FPS) offre une technologie de pointe alignée sur la logistique mondiale, des systèmes de paiement multiples et un modèle de e-concessions.

La société basée à Londres et à Porto cible agressivement les marques et les détaillants pour se tailler une part encore plus importante dans le secteur de la mode de luxe en ligne. Quant aux options de Richemont, si Farfetch ne souhaite pas investir dans YNAP, le groupe pourrait envisager une vente pure et simple ou lever les fonds nécessaires à l'investissement, lequel devrait s'élever à plusieurs centaines de millions d'euros.

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.