En France, la consommation en textile et habillement recule de 1,9 pour cent à fin septembre

Paris - La consommation en textile et habillement en France a reculé de 1,3 pour cent sur les 9 premiers mois de l'année 2019, après une année 2018 déjà en repli de 2,9 pour cent, selon des estimations diffusées mercredi par l'Institut Français de la Mode.

L'e-commerce progresse de 4,2 pour cent

De janvier à septembre, comparé à la même période de l'an dernier, le commerce en ligne progresse en revanche « de 4,2 pour cent quand les points de vente voient leur activité commerciale diminuer de 2,6 pour cent, l'ensemble donne -1,3 pour cent », a commenté Gildas Minvielle, directeur de l'observatoire économique de l'IFM, en dévoilant l'étude présentée lors du séminaire annuel de l'institut.

« Si le e-commerce qui en France, représente 14 ou 15 pour cent des ventes, reste dynamique, cette dynamique est en ralentissement : beaucoup de distributeurs ont fait des promotions, peut-être un peu trop, en 2018, qui ont "boosté" le chiffre d'affaires mais cela n'était pas forcément très rentable », a-t-il expliqué.

En outre, le développement de l'e-réservation - l'article est réservé en ligne mais l'achat se fait ensuite en magasin, ce qui vient augmenter le chiffre d'affaires de ce dernier - « va également dans le sens d'un certain ralentissement de la dynamique du e-commerce », selon M. Minvielle.

Les circuits de distribution ont connu des évolutions diverses: hypermarchés et supermarchés sont en recul de 5,9 pour cent, et chaînes spécialisées de 2,6 pour cent, tandis que les acteurs de la vente en ligne progressent de 2,4 pour cent de janvier à septembre, a-t-il détaillé.

Au sein des points de vente, l'activité des commerces de centre-ville accuse un recul particulièrement prononcé, de -3,9 pour cent, alors que les centres commerciaux voient leurs ventes d'habillement et textile, maroquinerie, accessoires et chaussures s'effriter de 1,6 pour cent.

En outre, au sein des ventes, le poids relatif du vêtement a tendance à s'éroder régulièrement - à 54 pour cent en 2018 contre 68 pour cent en 1980 -, et il y a une forte croissance de la part de la maroquinerie - 6 pour cent contre 3 pour cent les mêmes années - tandis que la part représentée par la chaussure recule légèrement : 14 pour cent contre 15 pour cent.

« Les territoires de la consommation de mode sont en train d'être bouleversés », a estimé M Minvielle, qui a souligné le dynamisme du marché textile sport, dont les ventes ont progressé de 3 pour cent en valeur sur les 9 premiers mois de 2019, comparé à la même période de l'année précédente.(AFP)

Photo : Unsplash

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS