Fashion 3 : retour sur la mutualisation des enseignes de mode de Mulliez

Au printemps 2017, la galaxie Mulliez décidait de fonder Fashion3 (prononcer Fashion Cube). Ce groupement d’intérêt économique abrite sept enseignes mode de la famille Mulliez, fondateur d’Auchan : Pimkie, Jules, Brice et Bizzbee (ces trois dernières appartenant au groupe Happychic), Orsay, Grain de Malice et Rouge Gorge. Kiabi restera autonome. Dans le même temps, la marque de vêtements bio et made in France La Gentle Factory, créée au sein d’Happychic a été cédée.

L’objectif de cette nouvelle entité : mutualiser et optimiser les synergies, faire des économies d’échelle dans un écosystème de marques d'habillement autonomes, coopérantes et interconnectées, permettre de résister aux grands groupes et à Amazon, avait alors indiqué Jean-Christophe Garbino son dirigeant. Celui-ci fut en 2016 à la tête du pôle mode féminine de Mulliez via la société Modema (Pimkie, Orsay, Rouge Gorge et Grain de Malice) et fut auparavant l’artisan de l’essor de Pimkie.

Fashion 3 : une mutualisation de marques pour lutter contre les géants de l’e-commerce

Les grandes enseignes d’habillement sont en proie à des difficultés. Pour rappel, l’été dernier, Happychic annonçait la suppression de 466 postes sur un effectif total de 3 191 salariés en France. Les enseignes de mode masculine Jules, Brice et Bizzbee, voyaient leur activité baisser de 10 pour cent. D'ici 2021, 88 magasins non rentables devraient fermés (48 Brice, 30 Jules sur 546 Jules et Brice et 10 Bizzbee). En cause, la crise du marché de l'habillement et la concurrence de géants internationaux comme Zara, H&M ou Primark, ainsi que le changement des comportements d'achats, notamment avec le shopping en ligne.

D’où cette réorganisation via Fashion 3, censée mettre en commun les bonnes pratiques pour amorcer le virage et les enjeux de la distribution de demain. Dans ce contexte ; il s’agit d’être proactif en créant une nouvelle entreprise, avec pour objectif de redevenir un leader en France et de réussir à l'international.

À partir de 2020, Fashion 3 devrait valider un nouveau « business model », avec un nouveau concept de magasins et aussi un nouveau modèle économique. Chaque enseigne reconstruira son activité autour d'une offre recentrée ainsi que d’une plus grande autonomie des magasins et d'un univers digital revampé. Cette politique centrée sur l’omnicanal est soutenue par la création d’une autre entreprise, Fashion Data, pour créer des solutions de traitements de la donnée efficaces. Il s’agit par là d’augmenter les ventes e-commerce des marques de Fashion 3 et de transformer le modèle de production en portant les efforts sur un objectif « zéro déchets ». Prévoir en amont, grâce à l’analyse prédictive, quels sont les produits qui seront vendus en en quelle quantité pour limiter le gaspillage. Les sept entreprises de l’entité partageront leurs données.

Photo : Happy Chic

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS