France Manufacture reprend les actifs de France Confection

Quelques jours après la liquidation judiciaire de France Confection à Limoges qui fabriquait notamment les costumes made in France de l’enseigne Smuggler, une nouvelle société vient de reprendre ses actifs. Baptisée France Manufacture, cette structure a été créée pour sauver le savoir-faire du dernier costumier français, qui employait jusqu’ici 85 personnes. L'atelier devrait redémarrer à partir du 6 avril.

Derrière cette reprise, il y a la Compagnie des Ateliers Peyrache, groupe textile dirigé par Ludovic et Corinne Gaudic, qui a notamment créé la marque Blanc Bonnet. Les repreneurs annoncent d’ores et déjà un investissement de 100 000 euros par an, sur cinq ans, pour moderniser l’atelier de Limoges, grâce au soutien d'un fonds d’investissement (APICAP). L’actuel directeur du site de Limoges, Pierre-Antoine Constantinides, reste en place pour assurer ce nouveau démarrage.

France Manufacture en difficultés depuis plusieurs années, avait déjà été reprise en 2018 par le groupe d’assurances Molitor, détenu par Gilles Zeitoun, qui souhaitait développer une filiale axée sur la pérennité des savoir-faire de mode. Mais n’a pas été en mesure de lever les fonds nécessaires à son projet. En plus de la confection de costumes et de pantalons, spécialité devenue quasi unique en France, l’activité de France Manufacture sera élargie avec la création d’un service interne de Recherche et Développement, qui travaillera à l’élaboration de textiles techniques, et avec la fabrication de nouveaux produits (supports non tissés, notamment, dans le secteur publicitaire).

L’atelier de confection s’apprête en premier lieu à redémarrer l’activité avec la fabrication de masques anti-projection. Les masques sont des modèles simple épaisseur en polyester. Le rythme de production visé est de 2000 à 3000 unités par jour.

crédit : atelier France Confection, crédit France Confection

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS