Gilets jaunes: l’appel du gouvernement à consommer à l’occasion des soldes

Les soldes d’hiver débutent ce mercredi. Les promotions s’étaleront sur six semaines, jusqu’au 19 février. Inutile de préciser qu’elles sont impatiemment attendues par les commerçants qui se disent durement éprouvés par la mobilisation des gilets jaunes : la consommation en textile et habillement en France devrait terminer l’année 2018 sur un recul de 2, 9 pour cent, renouant ainsi avec les précédents années de déclin. Seule l’année 2017 avait connu un léger rebond de +0,6 pour cent. L’année 2018 devrait figurer parmi les pires depuis 10 ans, affirme d’ores et déjà l’IFM. La dynamique des ventes en ligne ne compensera pas le recul des ventes en magasins.

Il n’est pas certain que cette tendance à la baisse soit imputable au mouvement de contestation générale qui, depuis mi-novembre, secoue la France chaque samedi. Néanmoins chacun s’accorde à dire que les manifestations, parfois accompagnées de dégradations matérielles spectaculaires à défaut d’être importantes, ne favorisent pas la consommation. C’est la raison pour laquelle les mesures d'accompagnement destinées aux entreprises touchées par les manifestations des «gilets jaunes», prises fin novembre, vont être prolongées. C’est ce qu’ a annoncé ce mardi la secrétaire d'État à l'Économie, Agnès Pannier-Runacher. La secrétaire d’Etat en a profité pour appeler les Français à consommer à l'occasion des soldes : « Si on veut aider ses commerçants, il ne faut pas hésiter à consommer, à aller acheter ce dont on a besoin chez eux, c'est le moment de le faire, ils en ont besoin».

La consommation en habillement en net recul selon l’IFM

Des «plans spécifiques» d'aide aux PME les plus touchées pourront être mis en place localement, d'une durée maximum de 20 mois, a précisé la secrétaire d'État, en soulignant que la cellule de continuité économique (CCE) restait activée. Pour l’instant, seules 1200 déclarations de sinistres ont été déposées. Aucune défaillance d’entreprise n’a été signalée. Seules des « menaces » de dépôt de bilan ont été évoquées. La prolongation de trois mois de l'étalement des charges sociales et des échéances de paiement des impôts, notamment, a été annoncée lors d'une réunion à Bercy entre organisations patronales, fédérations de commerçants et d'artisans.

Ces dispositifs seront bien accueillis à défaut d’être massivement utilisés. Il n’en reste pas moins vrai qu’elles seront surtout anecdotiques. Car, au delà du mouvement de contestation général initié depuis le mi-novembre par les gilets jaunes, au delà même des adaptations éphémères et changeantes que chacun propose d’apporter aux soldes d’hiver et d’été chaque année, il n’en reste pas moins un phénomène plus vaste et plus profond, plus durable, sur lequel la profession doit s’interroger : depuis 10 ans, le marché est en baisse continuel : c’est à dire que le marché du textile et de l’habillement en France a perdu 15 pour cent de sa valeur depuis 2017, tous circuits de distribution confondus. Un phénomène à long terme (certains parlent de tendance à la « dé-consommation ») qui porte en lui même les germes d’une prochaine et somme toute inévitable révolution.

Credit photo : dr

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS