Le groupe suisse Givaudan a récolté les fruits de ses acquisitions au premier semestre, faisant état jeudi d'une nette hausse de ses ventes mais aussi d'une érosion de sa rentabilité, affectée par la hausse des prix des matières premières et des frais financiers.

Son bénéfice net s'est étoffé de 2,3 pour cent sur la première moitié de l'année, à 380 millions de francs suisses (343 millions d'euros), sa marge bénéficiaire reculant à 12,3 pour cent, contre 13,9 pour cent un an plus tôt, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ses ventes ont en revanche bondi de 15,7 pour cent pour grimper à 3 milliards de francs suisses, le rachat l'an passé du français Naturex contribuant à lui seul à 235 millions de francs de chiffre d'affaires supplémentaire.

Hors acquisitions, ses recettes ont progressé de 6,3 pour cent en monnaies locales, portées par les nouveaux contrats mais aussi par les hausses de prix imposées dans la division parfumerie afin de compenser la hausse des prix des matières premières et par une croissance à deux chiffres en Amérique latine dans les arômes.

"Les matières premières ont augmenté de 5 à 6 pour cent en 2018", a souligné Gilles Andrier, son directeur général, lors d'un entretien avec l'AFP, expliquant que ce mouvement de hausse s'est poursuivi au premier semestre, "ce qui représente en cumulé une hausse de coûts d'environ 200 millions de francs suisses qu'il faut compenser", a-t-il quantifié.

Le groupe a également vu ses frais de financement augmenter de 13 millions de francs suisses sur le semestre, marqué par la hausse de son endettement après le rachat de Naturex.

A 11H21 GMT, l'action perdait 3,65 pour cent à 2.665 francs suisses, à contre-tendance du SMI, l'indice des valeurs phares de la Bourse suisse, en hausse de 0,62 pour cent.

Dans un commentaire boursier, Daniel Bürki, analyste à la banque cantonale de Zürich, avait dit s'attendre à une réaction négative sur le cours du fait de cette déception sur la marge alors que le titre s'échange à des niveaux de valorisation élevé.

Givaudan fait partie des valeurs favorites des investisseurs à la Bourse suisse en raison de la régularité de sa croissance, en particulier dans un contexte d'incertitudes sur les marchés.

Le groupe a confirmé ses objectifs à moyen terme. Il vise notamment une progression du chiffre d'affaires de 4 à 5 pour cent.(AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS