Hermès a intégré des critères RSE à la rémunération de son Ceo

Le groupe de luxe Hermès a annoncé lors de son assemblée générale que 10 pour cent de la rémunération variable de son dirigeant Axel Dumas serait soumise dès 2019 à des critères Rse (responsabilité sociale et environnementale), comme la consommation d'énergies industrielles ou l'ancrage territorial des sites. Eric de Seynes, le Président du conseil de surveillance, a indiqué qu'en mars dernier, le conseil de gérance du groupe avait décidé de « soumettre une partie de la rémunération variable à un nouveau critère Rse représentant les engagements du groupe en matière de développement durable ». Ce dispositif s'appliquera pour la première fois sur la rémunération variable d'Axel Dumas qui sera versée en 2020, au titre de l'exercice 2019. En 2018, l'assemblée générale a entériné pour Axel Dumas une rémunération fixe de 1,4 million d'euros brut et une rémunération variable de 1,6 million, pour un total de 3 millions d'euros contre 2,7 millions l'année précédente. Hermès en enregistré en 2018 un chiffre d’affaires de 5, 96 milliards d’euros, en hausse de 10 pour cent à taux de changes constants.

10 pour cent de la rémunération d’Axel Dumas soumis à des critères Rse

Le premier critère porte sur « le découplage entre la croissance de l'activité à taux et périmètre constants, et l'évolution de la consommation d'énergies industrielles ». La maîtrise des consommations de ressources naturelles, comme l’eau ou l’énergie, et le respect de l’environnement restent des enjeux prioritaires dans toutes les manufactures et dans tous les métiers d’Hermès, de la maroquinerie à la soie et textile en passant par les accessoires.

Le second critère évaluera les actions prises en faveur de l'ancrage territorial du groupe en France et dans le monde, hors grandes villes. La maison cultive déjà cet ancrage en contrôlant 52 sites de production, dont 41 en France, répartis sur 46 sites géographiques. Hermès y fabrique de manière artisanale des objets d’un très haut niveau de qualité, à partir de matières premières sélectionnées comme le cuir ou la soie. L’année dernière, Hermès a inauguré la manufacture de l’Allan, dans le Doubs. Tout récemment, ouvraient également « Les Ateliers de Fitilieu », en Isère, son 17ème site de production de maroquinerie français. Sur l’ensemble du territoire français, Hermès compte plus de 3300 artisans, qui fabriquent selles et bagages, et autres articles de petite maroquinerie. Et deux autres projets d’ateliers sont prévus à l’horizon 2020, en Gironde et en Seine-et-Marne. La maison cherche à pérenniser des savoir-faire : elle forme elle-même ses artisans. La formation maison dure 15 mois à l’issue desquels le diplôme de sellier-maroquinier est remis. Hermès travaille main dans la main avec Pôle Emploi et les écoles et lycées professionnels. L’apprentissage maison est ensuite conçu pour maitriser les savoir-faire d’excellence nécessaire à la fabrication d’un sac dans son intégralité, dans le respect de la règle maison : un homme, un sac.

Enfin, les initiatives du groupe en faveur de l’égalité hommes-femmes seront également prises en compte.

photo : Hermès

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS