Hublot s’associe à Berluti

« Rien ne peut naître en l’absence de bonne idée. » Cette doctrine, c’est celle de Jean-Claude Biver. Et quand Jean-Claude Biver parle, tout le monde l’écoute. Cet éminent professionnel est considéré par ses pairs comme une éminence incontournable du monde de l’horlogerie. Son talent, il l’a prodigué chez Audemars Piguet, Omega, Blancpain. Desormais il officie chez LVMH dont il est le puissant président de la division montres. C’est à dire qu’il fait bénéficier de son flair, de sa vision et de son inépuisable énergie, les marques Hublot, Tag Heuer et Zenith. On ne compte plus les récompenses de cet entrepreneur qui ne dort que 4 heures par nuit : entre « CEO de l’année » « meilleur communicateur », la liste est longue. Recevoir l’un de ses célèbres (et délicieux) fromages conçus dans son chalet d’alpage est un graal recherché. Mais la meilleure distinction, à ses yeux, c’est celle du public : comme lorsqu’il fit tripler les ventes d’Omega durant son mandat au comité de direction de Swatch Group.

Les bonnes idées de Biver se caractérisent par leur efficience dans la durée. Il faut se rappeler l’explosion de surprise et d’envie qui se propagea en 2005 lors de la première présentation à la foire de Bâle du premier modèle Big Bang de Hublot. L'aspect sportif et élégant, le bracelet en caoutchouc, les vis, la fusion inédite des matériaux précieux, en firent sur-le-champ un symbole de sa génération. Ce fut aussi l’affirmation définitive d’un concept (maintes fois primé) dont la pertinence continue d’étonner aujourd’hui : l’Art de la fusion.

Hublot s’associe à Berluti

Cet art de la fusion peut se résumer ainsi : l’association d’objets et de matériaux qui n’apparaissent jamais ensemble dans les conditions normales de l’existence. Cela peut être par exemple du caoutchouc et de l’or. Le premier est récolté sur un arbre tandis que le second provient des entrailles de la Terre. L’association de ces éléments provoque un contraste saisissant qui donne l’impression de marier le passé et l’avenir. C’est clair, net, puissant.

Association de deux maisons du groupe LVMH

Cette semaine, à l’hôtel d’Evreux place Vendôme - lieu emblématique de l’horlogerie parisienne et écrin de la Boutique Hublot depuis maintenant 6 ans - la manufacture a présenté à ses quelques 180 invités une nouvelle démonstration de cet art de la fusion. Cette fusion concernait deux maisons illustres appartenant au groupe LVMH : Hublot et Berluti. On ne présente plus le vénérable bottier : fondé à Paris en 1895 et développé par quatre générations d’artisans bottiers, la maison dirigée par Antoine Arnault est bien connu des hommes élégants qui n’acceptent à leur pied que des chaussures finement taillées dans les cuirs précieux, sévèrement choisis (sans même parler de la patine inimitable des modèles Berluti : elle fait penser à de la laque japonaise).

Le fruit de cette association inédite entre un grand de l’horlogerie et un grand du soulier a donné naissance à deux garde temps exclusifs en série limitée (20 pièces pour chaque modèle) : La Classic Fusion Tourbillon Berluti Scritto King Gold et la Classic Fusion Tourbillon Scritto All Black. Ces deux séries limitées de 20 pièces sont dotées d’un boîtier de 45 mm de diamètre. Leur cadran en cuir marqué du célèbre motif Scritto est signé Berluti et une ouverture à 6 heures laisse apparaître la magie d’un tourbillon entièrement développé et produit en interne par les ingénieurs et les horlogers de la Manufacture Hublot. Accompagnés d’un bracelet confectionné à la main, ces deux garde-temps sont livrés dans un coffret Berluti Bespoke contenant un set complet de cirage Berluti.

Crédit photo: Hublot,dr

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS