Inditex (Zara): bénéfice net 2016 en hausse de 10 pour cent, devant H&M

Le géant espagnol du textile Inditex, propriétaire de Zara, a profité en 2016 de son expansion internationale pour passer la barre des trois milliards d'euros de bénéfice net, en hausse de 10 pour cent, malgré une croissance un peu moins spectaculaire qu'en 2015.

L'année écoulée a été marquée par "beaucoup de dynamisme, beaucoup d'activité", a déclaré mercredi le PDG Pablo Isla, lors d'une conférence de presse en Galice, le berceau du groupe dans le nord-ouest de l'Espagne. Avec 3,16 milliards d'euros de résultat net, Inditex surpasse largement son grand rival de la mode bon marché, le suédois H&M, qui a à peine dépassé les deux milliards d'euros en 2016, plombé par le dollar fort et par un ralentissement des ventes dû au printemps froid en Europe.

Inditex n'a pas souffert de ce problème, a assuré Pablo Isla, car l'implantation sur 93 marchés lui permet de jouer sur plusieurs tableaux. H&M est présent dans 64 pays. Avec 279 ouvertures nettes de boutiques, Inditex détient désormais près de 7.300 magasins pour ses huit marques (Zara, Massimo Dutti, Oysho, Bershka...). Le groupe s'est lancé dans cinq nouveaux pays (Nouvelle-Zélande, Vietnam, Paraguay, Aruba, Nicaragua) et a étendu les ventes sur internet à douze marchés supplémentaires.

Il prévoit un rythme similaire d'ouvertures de magasins en 2017, fidèle à sa stratégie de multiplication des boutiques, très bien situées en centre-ville et de plus en plus grandes. La hausse du bénéfice net est toutefois moindre qu'en 2015, où Inditex avait enregistré une spectaculaire progression de 15 pour cent, porté notamment par la reprise économique en Espagne.

Le chiffre d'affaires a grimpé de 12 pour cent à 23,3 milliards d'euros (+10 pour cent à nombre de magasins comparables), soit un rythme un peu moindre qu'en 2015. Sur ce critère, Inditex se classe derrière H&M, dont les ventes ont dépassé les 24 milliards d'euros en 2016. Après avoir chuté dans la matinée, le titre stagnait à 31,35 (-0,10 pour cent) euros à la Bourse de Madrid vers 14H40 (13h40 GMT), dans un marché en hausse de 0,69 pour cent. "Les résultats n'ont pas dépassé les attentes", écrivent les analystes de Bankinter pour expliquer le manque d'enthousiasme des investisseurs.

Ventes en ligne moins rentables

Les ventes ont progressé "dans toutes les zones géographiques", assure Inditex. Mais impossible de savoir dans quelle région du monde la croissance est la plus rapide, car le groupe ne divulgue pas ces détails. La Chine "va rester un pays de forte croissance", a toutefois précisé le PDG qui prévoit d'ouvrir encore de nouveaux magasins dans ce pays qui en compte déjà 620.

L'Europe représente environ 60 pour cent des ventes (dont 17 pour cent en Espagne), tandis que l'Asie a progressé à 24 pour cent et les Amériques à 15 pour cent. Inditex se refuse également à donner le détail entre les ventes en magasin et les ventes en ligne, lancées en 2010 pour Zara, et désormais possibles dans 43 pays. Les ventes par internet ont une rentabilité "inférieure" au reste de l'activité, a toutefois concédé M. Isla mercredi. Zara Home est la marque dont les ventes progressent le plus (+16 pour cent), suivie de Zara et Oysho et Pull&Bear.

Inditex affirme avoir créé en 2016 près de 9.600 emplois, dont un quart en Espagne, pour un total de près de 162.500 salariés à travers le monde. Accusé en décembre par des eurodéputés Verts d'avoir évité de payer plus d'un demi-milliard d'euros d'impôts en faisant de l'"optimisation fiscale", le groupe assure avoir versé une contribution fiscale mondiale de 5,6 milliards d'euros l'an dernier, dont 1,6 en Espagne.

Le groupe, dont le très secret propriétaire Amancio Ortega est le deuxième homme le plus riche du monde après Bill Gates, tire sa réussite du modèle de la +fast-fashion+, qui consiste à fabriquer 60 pour cent des vêtements relativement près du siège (Espagne, Portugal, Maghreb, Turquie, Europe de l'Est), pour pouvoir mettre en rayon en quinze jours des pièces collant aux tendances de la mode.

Souvent critiqué pour avoir été l'un des inventeurs de la mode "jetable", Inditex s'est fixé comme objectif d'intégrer des fibres recyclées dans 5 à 10 pour cent des vêtements Zara en 2017. Le dividende versé aux actionnaires augmentera de 13 pour cent à 0,68 euro. (AFP)

Photo: Zara website

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS