Industrie mode & habillement : les priorités de 2019

Marc Pradal, le président de l’Union française des industries mode & habillement (Ufimh) détaille pour FashionUnited les grandes priorités pour le secteur en 2019.

Premier axe, la défense du Défi, qui soutient et valorise l’habillement. Le Défi voit cette année baisser le niveau de sa taxe affectée, instaurée par le secteur, payée par les entreprises de mode afin de s’autofinancer. Résultat pour cette année, le budget des actions de soutien du Défi baisse globalement de 6,2 pour cent. Il s’agit d’une baisse importante pour ce comité de développement et de promotion de l’habillement, créé en 1984, qui apporte une aide concrète aux sociétés françaises du secteur de la mode et de la jeune création depuis des années. Il dispose bon an mal an d’un budget d’environ 10 millions d’euros, issus pour 40 pour cent de taxes sur les importations, pour autant de la taxe affectée et pour le solde d’un financement des Pme. In fine et d’ici 2020, le budget du Défi devrait être amputé de deux millions d’€.

Le budget du Défi impacté

Autre thème d’actualité, la grande mutation de la formation, avec la réforme de la formation professionnelle qui prévoit le remplacement de la vingtaine d’Opca (Organismes paritaires collecteurs agrées) existants par 11 Opco (opérateurs de compétences) dès ce début d’année, soit la moitié en moins. « L’enjeu pour Opcalia, qui regroupe de façon cohérente les branches de la filière Textile-Mode-Cuirs, est de rester dans une logique de filière commune, de ne pas être fragmenté pour pouvoir continuer ses actions de concert », déclare le président de l’Ufimh.

En 2018, l’Ufimh a par ailleurs repris la gestion de la Maison du savoir-faire (plateforme des façonniers, organisation des « rencontres business du savoir-faire »), qu’elle souhaite renforcer et développer, notamment par la mise en place de journées de formation dédiées aux jeunes marques. Des actions pour la visibilité de la Maison du savoir-faire ont déjà été menées, notamment alors du salon Made in France au Carreau du Temple, et ce type d’opérations devrait s’intensifier lors du prochain salon, début avril. Au menu également cette année, l’organisation du Trophée Tremplin, qui mettra en avant trois jeunes marques. Les lauréats bénéficieront de suivi, conseil, mise en relation et partenariat avec des façonniers. « Le made in France a le vent en poupe, et l’activité des façonniers est soutenue. Nous assistons à un véritable changement d’attitude de la part des consommateurs, ceux-ci veulent, de plus en plus, retrouver du sens dans leurs achats. Ils sont en demande d’éthique, de traçabilité », constate le patron de l’Ufimh.

Côté bilan, en 2018, l’Ufimh a traité 350 dossiers d’aide à la mode féminine, 180 au prêt-à-porter masculin, et 120 pour l’enfant. Des dossiers de soutien à la participation sur de multiples salons à l’étranger.

Image: Marc Pradal

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS