• Home
  • Actualite
  • Business
  • Jeff Bezos cède sa place chez Amazon en pleine fronde mondiale contre les géants du net

Business

Jeff Bezos cède sa place chez Amazon en pleine fronde mondiale contre les géants du net

By Herve Dewintre

3 févr. 2021

Dans un courrier transmis au 1,2 million d’employés d’Amazon, le tout puissant Jeff Bezos, deuxième homme le plus riche du monde derriere Elon Musk (Tesla) et devant Bernard Arnault (LVMH), annonce qu’il va passer la main après 27 ans à la tête du groupe qu’il a fondé dans un garage à Seattle. Une retraite anticipée à la manière de Bill Gates? Pas vraiment. A 57 ans, le richissime homme d’affaires – à la tête d’une fortune estimée à 200 milliards de dollars – indique qu’il continuera de siéger comme président exécutif du conseil d’administration du groupe dont il reste le premier actionnaire. La capitalisation boursière d’Amazon est de 1683 milliards de dollars. Il indique également qu’il se concentrera sur les nouveaux produits et les projets émergents.

Cette passation de pouvoir interviendra au troisième trimestre cette année. Elle se fera au profit de Andy Jassy, 53 ans, qui est le principal bras droit de Jeff Bezos depuis plus de 20 ans. Les deux hommes partagent la même vision de l’entreprise. Andy Passy, comme Jeff Bezos est fermement convaincu que la priorité d’Amazon doit être accordée à la satisfaction du client. Et surtout, il dirige la filiale la plus profitable du groupe - Amazon Web Services (AWS) – qui réalise près de la moitié des profits d’Amazon. Pour rappel, Amazon Web Services, imaginé par Andy Passy, a créé un nouveau modèle économique pour les entreprises en leur permettant de louer du temps et des outils logiciels sur des serveurs Cloud afin de délocaliser des taches informatiques. AWS est leader du marché des services sur le cloud. Un modèle qu’ont copié depuis Microsoft, Oracle, Google et IBM au point d’en faire le principal élément de leur croissance à venir.

Jeff Bezos, sacré « Profiteur de la Pandémie » par des manifestants

La nouvelle est conforme aux anticipations des actionnaires et des analystes. D’un côté, le succès économique d’Amazon est plus vif que jamais. L’année 2020 a été éblouissante pour l’entreprise dont les performances ont dépassé toutes les attentes. 427 000 personnes ont été recrutées l'an dernier pour faire face au boom des commandes pendant les confinements. Au point que Jeff Bezos a été sacré « profiteur de la pandémie » par des manifestants réunis devant son domicile new-yorkais en début de semaine. Le groupe a annoncé mardi soir un bond de 44 pour cent de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre. Pour la première fois, ce dernier dépasse 100 milliards de dollars et atteint même 125,6 milliards. Les profits d'Amazon grimpent à 7,2 milliards de dollars.

Vent de fronde mondiale contre les géants du net

D’un autre côté, Amazon affronte plusieurs tempêtes qui justifie peut être la symbolique mise à l’écart de l’iconique CEO. L’entreprise est tout d’abord – et c’est une première – en prise avec un mouvement d’organisation syndicale aux Etats-Unis. Ensuite, et c’est lourd de conséquence encore, il y a une volonté manifeste, de la part des Etats et des régulateurs, un peu partout dans le monde, de reprendre la main devant ces entreprises tentaculaires accusées de dérives et de position dominante, les fameux GAFA, dont Amazon fait partie au même titre que Google, Apple, Facebook et Microsoft. En décembre dernier, l’Union Européenne a dévoilé son arsenal pour contrer ces géants du net. Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur, a indiqué à cette occasion qu’il s’agissait non pas de faire disparaître ces grandes plateformes mais de leur imposer des règles pour éviter qu’elles fassent peser des risques sur notre démocratie. Les changements de règlementations pour les entreprises du numérique sont une préoccupation mondiale. Jack Ma en a récemment fait les frais : essuyant le courroux de Pékin, le président du géant de la distribution en ligne Alibaba – homme le plus riche de Chine – a mystérieusement disparu de la circulation depuis novembre dernier, ne réapparaissant que dans une courte vidéo où il loue les vertus du parti.

Crédit photo : Jeff Bezos, Amazon Corporate