Paris - Le groupe de luxe Kering va désormais compenser intégralement les émissions de gaz à effet de serre générées par l'ensemble de ses activités, y compris sa chaîne d'approvisionnement, via notamment des programmes de protection des forêts, a-t-il affirmé mardi.

Neutralité carbone

« Kering s'engage à devenir totalement neutre en carbone à l'échelle du groupe sur l'ensemble de nos activités et de nos chaînes d'approvisionnement  », a déclaré le PDG François-Henri Pinault, cité dans un communiqué.

Il indique qu'« en parallèle des efforts déployés pour éviter ou réduire nos émissions de CO2, nous allons compenser nos émissions résiduelles tout en soutenant la préservation des forêts critiques et de la biodiversité dans le monde ».

Le groupe de luxe, notamment propriétaire des marques Gucci et Yves Saint Laurent, compte quelque 35 000 salariés dans le monde et a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 13,7 milliards d'euros.

Il rappelle qu'il s'est fixé comme objectif « de réduire de 50 pour cent toutes les émissions de gaz à effet de serre liées à ses activités propres et à sa chaîne d'approvisionnement externe d'ici à 2025, par rapport à 2015 ».

Mardi dans son communiqué, il affirme qu'il « compense désormais toutes les émissions annuelles résiduelles comptabilisées dans le "scope 3 du GHG Protocol" ».

Ce standard de comptabilité international « Greenhouse Gas Protocol » compte trois niveaux, le troisième ajoutant les émissions indirectement produites, c'est à dire celles qui s'ajoutent aux émissions directes (« scope 1 ») et aux émissions indirectes liées aux consommations énergétiques (« scope 2 »).

Il s'agit par exemple des émissions liées à l'extraction de matériaux achetés par l'entreprise, ou les émissions liées au transport des salariés - qui constitue souvent la part la plus importante des émissions d'un groupe.

Pour 2018, Kering indique qu'il devra « compenser environ 2,4 millions de tonnes d'équivalent CO2 », et que les compensations réalisées au titre de cette année « correspondront » à la protection ou la préservation de « près de 2 millions d'hectares de forêts dans le monde ».

Ce système de compensation consiste pour les entreprises à acheter un crédit équivalent à un certain poids de CO2, afin de financer directement ou indirectement un projet de reforestation ou d'investissement dans les énergies renouvelables.(AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS