• Home
  • Actualite
  • Business
  • Kering fait toujours mieux qu'en 2019 mais Gucci reste à la peine

Kering fait toujours mieux qu'en 2019 mais Gucci reste à la peine

By AFP

20 oct. 2021

Business

Courtesy of Saint Laurent

Paris - Le groupe de luxe Kering a engrangé plus de 4 milliards d’euros de ventes au troisième trimestre, soit 10 pour cent de plus qu’en 2019, mais la résurgence de cas de Covid-19 en Asie-Pacifique a pénalisé sa marque phare Gucci.

Pour les mois de juillet, août et septembre, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 4,187 milliards d’euros quasiment similaire à celui du deuxième trimestre et supérieur de 10 pour cent au chiffre d’affaires de la même période en 2019, avant la pandémie.

L’activité a été portée par “une très bonne dynamique en Amérique du Nord”, indique Kering, pour qui les marchés d’Europe de l’Ouest et du Japon “s’améliorent” malgré l’absence de touristes. Quant à l’Asie-Pacifique, elle a été marquée cet été par une résurgence de Covid-19 qui a freiné la croissance, ce qui a fait souffrir Gucci, qui réalise 2,181 milliards de ventes, soit près de 193 millions d’euros de moins qu’en 2019.

“En Asie Pacifique, il y a eu un ralentissement fin juillet et en août, lié à des résurgences de cas de Covid qui ont mené à des fermetures de magasins et à des confinements comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, et des mesures qui ont pesé sur la mobilité des Asiatiques et des Chinois, qui ont moins voyagé au sein de la Chine. Tout cela a un peu pesé”, a détaillé Jean-Marc Duplaix, le directeur financier de Kering, lors d’une conférence téléphonique.

“L’Amérique du Nord est restée un marché très sain” et en Europe de l’Ouest et au Japon, la marque “continue de rebondir avec les clientèles locales mais pâtit toujours de l’absence de tourisme”, a ajouté M. Duplaix. “Gucci, avec le lancement de la collection Aria, prépare une fin d’année intense”, anticipe cependant le PDG du groupe, François-Henri Pinault, cité par le communiqué.

“Fin d’année intense” pour Gucci

Yves Saint Laurent poursuit de son côté sa croissance avec 652,9 millions de ventes (+22 pour cent par rapport à 2019). “C’est une marque extrêmement bien implantée dans certaines régions, auprès des clientèles locales”, notamment en Amérique du Nord, en Europe ou au Japon, a estimé le directeur financier de Kering.

En Asie, la marque bénéficie d’une récente extension de son réseau de magasins et d’un bon accueil de la clientèle locale, selon M. Duplaix, qui fait état de “développements extrêmement satisfaisants de la marque dans la plupart de pays d’Asie”. “On a une croissance très équilibrée dans toutes les régions, sur l’ensemble des catégories de produits (…) on est dans une dynamique très vertueuse”, selon lui.

Bottega Veneta atteint 363,4 millions d’euros de ventes au troisième trimestre, contre 284,3 millions d’euros en 2019. Les autres maisons totalisent un chiffre d’affaires de 843,7 millions d’euros (612,3 millions d’euros en 2019). Cette hausse est “très soutenue sur deux ans, grâce notamment à l’expansion continue de Balenciaga et d’Alexander McQueen”, tandis que les marques de joaillerie réalisent toutes “une performance remarquable”, commente Kering, parlant même de “croissance exceptionnelle” pour Boucheron, notamment en Chine et en Corée.

“Plus que jamais, nous investissons pour maintenir notre trajectoire de croissance rentable sur le long terme et sommes prêts à poursuivre cette dynamique avec succès”, déclare François-Henri Pinault. (AFP)