D’ici 2023, 28,5 pour cent des ventes de mode en Europe occidentale se feront sur Internet, soit un taux de croissance de 87 pour cent. Le commerce électronique représente l'un des plus grands défis auxquels le secteur de la vente au détail est confronté, et son évolution est constante. Pourtant, une récente étude réalisée par le cabinet de conseil en immobilier international, Savills, dévoile que l'augmentation des ventes en ligne en Europe ne conduira pas à la fin du magasin physique. Le rapport, intitulé « The Evolution of Retail Destinations », prouve au contraire que le e-commerce peut être un avantage pour le retail si les outils technologiques, tels que la réalité virtuelle ou le Click & Collect, sont bien exploités.

« Le commerce de détail connaît le plus grand changement en une génération. Nous n’observons pas la fin du magasin physique, mais plutôt une évolution de l'offre de l'industrie. Pour les investisseurs, les détenteurs de portefeuille et les opérateurs, le défi est d'anticiper les conséquences de ces développements et d'investir en fonction de cela », analyse dans un communiqué Jörg Krechky, responsable Retail Investment Services Allemagne chez Savills.

De plus, les détaillants en ligne reconnaissent l’avantage du magasin physique. Une étude américaine réalisée par l'International Council of Shopping Centres en 2018 a montré que le nombre de visiteurs d'un site web augmente de 37 pour cent lorsque la marque ouvre une nouvelle boutique. En plus des coûts d'expédition et de marketing dans le commerce en ligne pur, il y a d'autres raisons pour une présence physique. Selon les estimations de GlobalData, 29 pour cent des ventes en ligne au Royaume-Uni passent par un contact avec un magasin, soit par le biais de Click & Collect, soit lorsque le client essaie le produit en magasin.

Photo : Pixabay

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS