A l’instar des labels de mode, les grandes maisons de joaillerie sont de plus en plus sollicitées par les médias et les clients sur leur politique en matière de transparence éthique, que ce soit en terme d’éthique sociale ou environnementale. L’approvisionnement en pierres précieuses est l’objet de nombreuses interrogations, notamment depuis que certains jeunes labels - mais aussi des sociétés telles que Swarovski - se sont décidés à explorer la voie offerte par le diamant de laboratoire : celui-ci offrirait, d'après ces jeunes labels un substitut éthique au diamant naturel. Une question délicate que nous approfondirons prochainement.

En Suisse, la maison Chopard a, en quelque sorte ouverte la voie, médiatiquement parlant, en abordant de front ces sujets : la grande maison de joaillerie et d’horlogerie a initié depuis quelques années plusieurs collections qui mettent en avant l’or et le diamant éthique. Les autres maisons de joaillerie sont en général plus discrètes mais cela ne signifie pas qu’elles n’ont pas pris à bras le corps ce sujet important. Ainsi, par exemple, le joaillier américain Tiffany & Co. veuille comme le feu sur le lait à ce que les diamants qu’il offre à ses clients sont non seulement les meilleurs possible en terme de qualité mais aussi en terme d’approvisionnement. Ce souci d’excellence, s’il ne s’exprime pas dans les médias par des actions de communications offensives, est néanmoins révélé, en détails, sur le site internet du joaillier américain.

Le bon approvisionnement en pierres et en métaux précieux n’est pas l’unique outil utilisé par les joailliers pour prouver la vigueur de leur politique environnementale. Celle-ci prend d’ailleurs des voies parfois inattendues. Ainsi, le joaillier Tiffany & Co. – encore lui – a annoncé cette semaine avoir investi un million de dollars afin de subvenir à la protection et à la restauration de la grande barrière de corail en Australie. La maison a lancé notamment le « Out of the Blue Box Innovation Challenge » en partenariat avec la Great barrier Reef Foundation et a également apporté son aide au Greening Australia’s Reef Aid project.

Les participants du Out of the Blue Box Challenge auront pour mission de proposer des idées innovantes afin de restaurer et protéger la grande barrière de corail : le gagnant, choisi par un panel d’experts, gagnera un prix de 225 000 dollars pour réaliser son projet. Le gagnant sera annoncé fin octobre afin de coïncider avec le lancement de la collection caritative Tiffany Wave et la réouverture du flagship de Sydney. Tiffany soutiendra également ce concours sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #outofthebluebox.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS