La France toujours championne du luxe, LVMH en tête

Les groupes français dominent toujours nettement le marché du luxe, avec trois entreprises dans le top 10 mondial, dont LVMH, incontestable numéro un, selon le dernier classement annuel du secteur publié par la société de conseil Deloitte.

La France compte 10 groupes parmi les 100 premiers mondiaux et ils représentent près d'un quart (23,9 pour cent) des ventes totales, indique le rapport Global Powers of Luxury Goods 2017, à paraître jeudi en France.

Derrière LVMH (Louis Vuitton, Fendi, Bulgari, etc), avec 22,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans le luxe en 2015, on trouve Kering en cinquième position (Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent, etc) à 8,7 milliards de dollars, et L'Oréal Luxe (Lancôme, Biotherm, etc), septième, à 8 milliards.

La France toujours championne du luxe, LVMH en tête

Leur compatriote Hermès se classe en 12e position (5,4 milliards) mais peut viser prochainement le top 10, grâce à une croissance annuelle proche de 14 pour cent sur la période 2013-2015, supérieure aux rivaux de taille équivalente. La France toujours championne du luxe, LVMH en tête

Derrière LVMH, le groupe suisse Richemont (Cartier, Montblanc...) se classe deuxième mondial, avec 12,2 milliards de dollars de chiffres d'affaires, devant Estée Lauder (11,3 milliards de dollars).

Toujours selon le critère du chiffre d'affaires, les Etats-Unis arrivent en deuxième position des pays, avec quinze sociétés américaines représentant 21,3 pour cent des ventes du top 100.

L'Italie arrive en troisième position avec des entreprises beaucoup plus nombreuses (26) dans le top 100, mais aussi plus petites, puisqu'elles pèsent "seulement" 16 pour cent des ventes.

A noter que le groupe Luxottica (Ray-Ban, Oakley, etc), le leader mondial des lunettes haut de gamme qui doit prochainement fusionner avec le géant français des verres ophtalmiques Essilor, se classe quatrième groupe de luxe mondial, et seul représentant italien du top 10 du classement de Deloitte.

"La croissance continue d'être tirée par les consommateurs des pays émergents", souligne par ailleurs le rapport qui analyse les grandes tendances du marché.

L'achat de marques prestigieuses reste très lié au tourisme. Près de la moitié des ventes de produits de luxe (cosmétiques et parfums, montres, bijoux, sacs et accessoires, chaussures et vêtements) sont le fait de consommateurs en voyage, soit pendant leur déplacement dans un pays étranger (31 pour cent), soit à l'aéroport (16 pour cent). Cette proportion monte à 60 pour cent chez les consommateurs des pays émergents.

Il existe toujours des différences de prix importantes pour les mêmes produits de luxe selon les marchés, souligne l'étude. Elles atteignent, par exemple, en moyenne 50 pour cent entre la Chine d'un côté et l'Italie ou la France de l'autre, ce qui peut expliquer l'appétit des touristes chinois pour le shopping en Europe.

"Un défi pour les groupes de produits de luxe est de gérer leur transition vers un modèle de distribution guidé par le numérique tout en maintenant l'élément essentiel de qualité", remarque aussi Deloitte. Les acheteurs les plus jeunes et ceux des pays émergents sont ceux qui achètent le plus en ligne.

Quelque 78 pour cent des ventes sur internet se font sur des plateformes multimarques, selon l'étude. Les groupes de luxe tentent actuellement de développer leurs propres sites de ventes pour contrer la domination de spécialistes comme Yoox Net-a-porter, après avoir durant des années privilégié l'essor de leurs réseaux de magasins en dur dans les pays émergents. (AFP)

Images: courtesy of Louis Vuitton - Cruise 2018

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS