• Home
  • Actualite
  • Business
  • Le groupe Royer retrouve la sérénité

Le groupe Royer retrouve la sérénité

By Herve Dewintre

22 juin 2022

Business

Crédit photo : Groupe Royer

Après avoir finalisé sa dette bancaire, la groupe Royer repart de l’avant avec une organisation repensée et une nouvelle stratégie de marques.

Les orages s’estompent enfin. Fondé à Fougères en 1945 et présidé aujourd’hui par Jacques Royer, le groupe familial Royer, leader français du marché de l’équipement à la personne, a été confronté ces dernières années à de sérieuses difficultés : mutation des réseaux de distribution chausseurs, crise sanitaire, flambée des couts de transports et de matières premières. A ces difficultés, se greffait l’arrêt de la distribution de New Balance dont la commercialisation avait été reprise directement par la marque de Boston. Une lourde perte pour le groupe puisque cette licence représentait une part significative de ses activités.

Résultat, en deux ans, le chiffre d’affaires avait fondu de moitié : 151 millions d’euros en 2021 contre 300 millions d’euros en 2019. Le besoin de financer les besoins généraux devenait donc urgent. Le 10 mars dernier, en application des termes d’un accord conclu le 17 décembre 2021, le groupe a finalisé la restructuration de sa dette bancaire et peut s’appuyer désormais sur un prêt garanti par l’État (PGE) d’un montant de 19 millions d’euros auquel s’ajoute une augmentation de capital de 8 millions d’euros, entièrement souscrite par l’actionnariat familial. Pour un montant de 8 millions d’euros, des émissions obligataires ont également été souscrites par des investisseurs privés.

Réduire le portefeuille de marques

Ces opérations permettent désormais au groupe de présenter une situation financière pérenne et de relancer ses activités. Comment ? En recentrant ses activités et en réduisant son portefeuille de marques pour se concentrer sur les labels qui ont le potentiel le plus élevé avec au pouvoir d’évocation qu’ils représentent. Pour rappel, le groupe gère aujourd’hui un portefeuille de trente marques ayant une renommée européenne et mondiale, comme par exemple Kickers ou Van Dutch. Le développement de contrats de licences et de distribution de marques telles que Umbro, Everlast, Caterpillar ou Diadora a également contribué pour une large part à la croissance globale du groupe ces dernieres années.

«Nous souhaitons donner la priorité à nos marques propres comme Kickers ou Von Dutch et compléter notre portefeuille par des marques internationales puissantes d’équipements de la personne, indique Jacques Royer dans un communiqué. En mettant les marques au centre de notre organisation, nous espérons apporter aux consommateurs des expériences émotionnelles, bien plus valorisées que des bénéfices techniques ou que des produits sans marques ». Le groupe compte également agir sur les réseaux de distribution en continuant à developper les ventes online et B2C, en renforçant ses partenariats avec les grands comptes français et en soutenant le réseau wholesale historique. 

Enfin, la dernière activité du groupe, qui consiste en l’élaboration, la conception et la production de collections pour le compte de marques ou d’enseignes, devrait également croître. Plusieurs grandes marques sont en effet intéressées par les nombreux savoir-faire déployés par le groupe au sein de ses sites en France (à Sèvres, Cholet et Arques) et en Europe. Le redressement porte déjà ses fruits : le groupe prévoit un CA de 180 millions d’euros pour 2022.

Groupe Royer