Tokyo - Masayoshi Son, le PDG du japonais SoftBank Group, a annoncé jeudi qu'il quittait le conseil d'administration du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, dont son groupe est le premier actionnaire à hauteur de 25 pour cent environ.

Ce départ intervient le même jour que celui du cofondateur emblématique d'Alibaba, Jack Ma, du conseil d'administration de SoftBank Group, lequel avait été annoncé mi-mai. "J'ai souhaité me retirer le même jour du conseil d'administration d'Alibaba", a déclaré M. Son lors de l'assemblée générale ordinaire de SoftBank Group.

Mais il a aussitôt assuré que les deux hommes n'étaient pas fâchés et que cela ne sous-entendait nullement une quelconque intention de céder des parts dans Alibaba: "Je veux continuer de garder autant d'actions Alibaba que possible, et le plus longtemps possible".

L'investissement pionnier de SoftBank Group dans Alibaba pèse actuellement 152 milliards de dollars, soit plus de la moitié de la valeur de marché du total de ses actifs en portefeuille.

Fragilisé par des investissements ratés, comme WeWork l'an dernier, et la sévère dépréciation de nombre de ses actifs au plus fort de la pandémie de coronavirus, SoftBank Group a lancé en mars un immense plan de cession d'actifs de 4.500 milliards de yens (41 milliards de dollars) sur 12 mois. "Nous avons déjà réalisé 80 pour cent de ce plan, et nous sommes confiants concernant les 20 pour cent restants", a commenté M. Son, sans détailler quels actifs supplémentaires le groupe pourrait céder.

SoftBank Group a annoncé cette semaine la vente des deux tiers environ de sa part de 24 pour cent dans l'opérateur télécoms américain T-Mobile US pour quelque 20 milliards de dollars, via une offre publique et des placements privés.

Le groupe a aussi cédé le mois dernier 5 pour cent de ses parts dans sa filiale mobile japonaise SoftBank Corp pour environ 3 milliards de dollars. Mi-mai, il avait aussi annoncé la monétisation d'une partie de ses actions Alibaba, utilisées comme garanties pour lever 11,5 milliards de dollars auprès de banques.

Sur son dernier exercice annuel 2019/20, SoftBank Group a accusé une perte nette historique de 961,6 milliards de yens (environ 8 milliards d'euros). Ses résultats devraient toutefois rebondir au premier trimestre 2020/21 (avril-juin): le groupe a dit jeudi s'attendre à un gain exceptionnel avant impôts d'environ 750 milliards de yens (6,3 milliards d'euros) lié à la fusion de sa filiale Sprint avec T-Mobile US, effective depuis le 1er avril.

La valeur du portefeuille d'actifs de SoftBank Group s'est par ailleurs redressée depuis le plus fort de la pandémie et dépasse désormais sa valeur d'avant-crise, selon M. Son.(AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS