• Home
  • Actualite
  • Business
  • Le secteur du textile-habillement reprend des couleurs au Vietnam

Le secteur du textile-habillement reprend des couleurs au Vietnam

By Herve Dewintre

31 déc. 2021

Business

Après une vague sans précédent de licenciements, le secteur s’est redressé rapidement au dernier trimestre en abandonnant sa politique du «zéro-covid ».

Le Vietnam, de même que le Cambodge, le Bangladesh et plus récemment la Birmanie, est un grand fournisseur de l’Union Européenne (et du monde occidental en général) en habillement et en textile. Son économie a été l’une des plus performantes de 2020 (2,9 pour cent de croissance). Une production en progression depuis que la Chine, depuis une décennie, a souhaité une montée en gamme de sa production. Nike, New Balance, Puma et Adidas pour ne citer qu’elles, dépendent de ce pays de l’Asie du Sud-Est pour une bonne partie de leur production. Pourtant, la pandémie – avec tout d’abord le confinement strict de la région d’Ho Chi Min, l’armée livrant les repas – n’a pas épargné ce nouvel atelier du monde.

Un traumatisme pour 1,3 million de travailleurs migrants venus des campagnes et qui ont rejoint leur région natale de juillet à septembre dernier. Le pays a en effet connu la pandémie en différé avec le variant Delta qui a fait flamber les contaminations à partir de l’été dernier. L’épidémie a rebondi début novembre. Le 29 novembre, *VnExpress International,* la version anglaise du premier site vietnamien d’information poussait ce cri d’alarme : « Les usines ont beau offrir des salaires et de meilleurs avantages sociaux pour attirer les travailleurs alors que leurs carnets de commandes de fin d’année s’emplissent, elles reçoivent peu de candidatures dans un contexte de crainte persistante de Covid-19 ».

Même niveau qu’avant la pandémie

L’agence Bloomberg rapportait en novembre qu’un sous-traitant de Nike offrait 100 dollars par mois de bonus à ses ouvriers – soit le quart du salaire – et qu’un fournisseur de New Balance promettait le transport gratuit pour ceux qui rentrent à Ho Chi Minh-Ville. Phan Thi Thanh, la vice-présidente de l’Association vietnamienne du cuir, des chaussures et des sacs à main, expliquait récemment à l’agence Reuters que de nombreuses commandes de Noël en provenance de pays étrangers ne seraient pas satisfaites. Pourtant, affirme désormais Le Courrier du Vietnam, le secteur se redresse surtout depuis que le gouvernement a assoupli les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie, abandonnant sa politique du « zéro Covid ».

Cao Huu Hiêu, directeur général du Vinatex, indique ainsi au Courrier du Vietnam qu’au cours du mois d’octobre, 90 pour cent des salariés des entreprises du groupe avaient déjà repris le travail. A présent, près de 100 pour cent des salariés du groupe sont présents dans leurs entreprises. « Le taux de croissance élevé au quatrième trimestre a permis à l'industrie du textile et de l'habillement d'atteindre l'objectif d'exportation de 39 milliards d'USD pour l'ensemble de l'année, soit une hausse de près de 12 pour cent par rapport à 2020 ». D’ores et déjà, la croissance du secteur est revenue au même niveau qu'avant l'apparition du coronavirus. Les exportations vers l’UE ont atteint 3,7 milliards USD, en hausse de 14 pour cent.

De bons chiffres expliqués par des choix stratégiques : les bénéfices importants engrangés proviennent notamment du choix des dirigeants d’usine de donner la priorité à l’industrie du fil, celle-ci passant de 20 à 50-55 pour cent du total de la production. L’inquiétude subsiste néanmoins : les coûts logistiques restent 4 à 5 fois plus élevés qu'avant la pandémie. Autres difficultés : la pénurie de conteneurs vides, la congestion du transport maritime qui obligent les entreprises à livrer les marchandises en avion, les fluctuations des principaux marchés d'exportation. Le secteur vise 38-39 milliards d'USD de chiffre d’affaires à l’exportation dans le pire scénario, 42,5-43,5 milliards dans le scénario les plus positif.

Crédit photo : Hervé Dewintre