Le succès du marché de la seconde main, une opportunité pour le luxe?

Avec le développement des réseaux sociaux et de la vente en ligne, le marché de la seconde main a connu un essor considérable ces dernières années. De l’électroménager aux produits de beauté en passant par les articles mode, tout se revend en ligne !

Parmi ces domaines, il y en a un qui connaît une ascension remarquable, le marché du luxe d’occasion. Alors que la seconde main devrait progresser en moyenne de 12 pour cent par an, celui du luxe de seconde main se situe à une croissance annuelle de trois pour cent. Avec 36 milliards de dollars en 2021 (contre 25 milliards de dollars en 2018), ce marché représente aujourd’hui environ neuf pour cent du marché total du luxe.

Des chiffres dévoilés dans une nouvelle étude inédite réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) et Vestiaire Collective, intitulée « Why Luxury Brands Should Celebrate the Pre-Owned Boom ».

Le rapport dévoile que le marché de l’occasion vise les consommateurs qui n’ont pas un accès direct au monde du luxe. 71 pour cent des personnes interrogées indiquent acheter des marques auxquelles elles n’ont pas accès en temps normal. Il évoque notamment les Millennials et « digital native » qui apportent un nouveau souffle à la seconde main.

Fidéliser les clients du luxe

Selon BCG et Vestiaire Collective, ce marché du luxe de seconde main est aussi une occasion pour les maisons haut de gamme de fidéliser une nouvelle clientèle, plus jeune mais aussi d’accroître la fidélité de leurs consommateurs existants, de s’ouvrir à de nouveaux marchés et surtout de répondre aux enjeux de développement durable auxquels fait face l’univers du luxe. Parmi les vendeurs interrogés, 32 pour cent ont déclaré qu'ils vendaient principalement pour acheter du neuf.

« Sur le marché de l’occasion, les acheteurs et les vendeurs ne sont pas les mêmes. Généralement, les acheteurs n'ont pas les moyens d'acheter des produits de première main et la seconde main est leur façon de pénétrer dans l’univers du luxe. Les vendeurs sur le marché de l'occasion sont le plus souvent des acheteurs sur le marché du luxe traditionnel. Ils vendent pour réinvestir dans de nouveaux produits de luxe à prix boutique », détaille dans un communiqué Olivier Abtan de BCG.

Le rapport réalisé par le Boston Consulting Group (BCG) et Vestiaire Collective, intitulé « Why Luxury Brands Should Celebrate the Pre-Owned Boom » est basé sur une étude auprès de 1005 clients de Vestiaire Collective en octobre 2018, et sur la base des 12 000 répondants de l’étude BCG x Altagamma en 2019.

Photo : Vestiaire Collective

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS