• Home
  • Actualite
  • Business
  • Les soldes : une affaire pour les grandes enseignes, une aberration pour les commerces de proximité

Les soldes : une affaire pour les grandes enseignes, une aberration pour les commerces de proximité

By Herve Dewintre

24 juin 2022

Business

Anotni Shkraba, Pexels

Les soldes ont-elles encore un intérêt pour les commerces de proximité ? Non, répond le Syndicat des Indépendants et des TPE en se basant sur les résultats d’une enquête réalisée auprès de 870 commerçants.

Bien sûr, les soldes restent pour beaucoup un moyen d’élargir sa clientèle. Mais dans l’ensemble, les commerces des proximités considèrent que cette pratique – dont le but et la justification historique reposent sur la liquidation des stocks – est désormais devenue l’affaire des grandes enseignes et du e-commerce. C’est en tout cas ce que suggère le résultat de l’enquête réalisée du 14 au 17 juin dernier auprès de 870 commerçants et artisans de proximité par le syndicat des indépendants et des TPE.

Un jugement encore plus sombre pour 35 pour cent des professionnels interrogés qui estiment purement et simplement que les soldes sont devenues une contrainte tandis que 60 pour cent ne ressentent pas d’attente particulière vis-à-vis de leur clientèle. Ils ne sont d’ailleurs que 36 pour cent à estimer que la période de soldes qui s’est ouverte le 22 juin leur permettra d’écouler la majeure partie de leur stock. Ces commerçants dénoncent une politique permanente de baisse des prix, entre promotions, anniversaires, French Days, Black Friday et soldes privés qui induisent une perte de repère d’une clientèle sollicitée en permanence. Seuls 20 pour cent d’entre eux pratiquent les ventes privées, par définition à destination exclusive de leur clientèle régulière. En résumé : les soldes sont devenues une période promotionnelle parmi d’autres.

Ce manque d’engouement de la part des commerçants se matérialise par des démarques plus faibles qu’à l’accoutumée. 30 pour cent dans la majorité des cas contre 50 pour cent habituellement affiches sur les vitrines. « Contrairement à la grande distribution dont les pratiques consistent à la constitution de stocks en vue des soldes, les démarques pratiquées par les indépendants visent réellement au déstockage de produits invendus. Encore faut-il avoir disposé́ d’un temps raisonnable nécessaire à la vente des dits produits ! » précise l’enquête. Un temps que la plupart de ces commerçants n’ont pas. D’une part, parce que les dates des soldes sont fixées bien trop en amont de la saison, et d’autre part, parce que cette saison s’est caractérisée par des retards de livraisons importants, voire des livraisons seulement partielles. Ces livraisons tardives interdisent en effet de pratiquer les soldes sur les produits concernés puisque ceux-ci doivent être légalement mis en rayon au moins un mois avant d’être bradés.

Des soldes d’été au 22 juin : une aberration commerciale et calendaire

Lors des deux dernières années, les périodes de soldes avaient été reportées en raison de la pandémie, donnant lieu à un affrontement entre la grande distribution qui voulait les voir fixées le plus tôt possible et le commerce de proximité́ qui voulait les repousser le plus loin possible. De fait les commerçants sont unanimes à dénoncer des périodes de soldes qui interviennent beaucoup trop tôt dans la saison. 

« Les produits soldés, et il s’agit en principe de la définition même des soldes, sont ceux qui subsistent en fin de saison, une fois la majeure partie des produits vendus à leur juste prix. Pour un indépendant, les soldes ont pour objet de renforcer sa trésorerie à défaut de dégager une marge sur la vente. C’est une différence fondamentale avec la grande distribution qui acquiert de grandes quantités de produits en prévision des soldes et mise sur le volume des ventes pour compenser une marge plus faible » précise l’enquête qui conclut : les commerçants vivent de la marge, les grandes enseignes du volume. 

En conclusion, le SDI préconise une reforme fondée sur la généralisation de périodes de soldes fixées au niveau des Régions afin de répondre aux spécificités liées au tourisme et aux vacances scolaires.

Crédit photo : Syndicat des indépendants et des TPE
Commerce
Soldes