(publicité)
(publicité)
Les ventes de Richemont ont progressé de 10 pour cent sur cinq mois grâce à l'Asie Pacifique

Le groupe suisse Richemont, le numéro deux mondial du luxe, a vu ses ventes sur cinq mois augmenter de 10 pour cent, portées par un net rebond en Asie Pacifique, a-t-il annoncé mercredi en amont de son assemblée générale.

D'avril à fin août, les ventes dans la région Pacifique ont grimpé de 22 pour cent, enregistrant une croissance à deux chiffres notamment en Chine et à Hong Kong, deux marchés clés dans la région, a indiqué le groupe genevois dans un communiqué, soulignant que la base de comparaison était favorable mais sans préciser le montant de ses ventes.

L'an passé, le groupe propriétaire notamment des marques Piaget, IWC et Vacheron Constantin, avait procédé à d'importants rachats de stocks auprès des détaillants pour reprendre les modèles qui peinaient à se vendre face au repli de l'horlogerie en Asie et ainsi faire de la place aux nouvelles collections. Les ventes en Europe n'ont par contre progressé que de 3 pour cent, entre autres en raison de la ré-appréciation de l'euro qui a pesé sur le pouvoir d'achat des touristes. Au Royaume-Uni, les ventes ont toutefois affiché une progression à deux chiffres, a précisé Richemont, pointant que les taux de change avaient, là, joué en leur faveur.

Les ventes dans la région Amériques ont elles augmenté de 9 pour cent tandis qu'elles ont progressé de 6 pour cent au Japon. Au Moyen-Orient, elles ne se sont en revanche accrues que de 1 pour cent, plombées par les incertitudes géopolitiques dans la région. Richemont, le groupe propriétaire des maisons de joaillerie Cartier et Van Cleef & Arpels, fournit toujours en septembre l'évolution de ses ventes sur cinq mois, sans donner de détails chiffrés, pour présenter à ses actionnaires un aperçu des tendances en amont de son assemblée générale annuelle qui se tient dans la matinée.

Dans le détail, les ventes sur les cinq premiers mois de son exercice 2017/2018 décalé ont progressé de 12 pour cent hors effets de change. En excluant les rachats de stocks, elles ont progressé de 7 pour cent à taux de change constants. La division joaillerie a affiché la meilleure performance, avec des ventes en hausse 16 pour cent. Les ventes de montres sont elles revenues en terrain positif, affichant une progression de 6 pour cent, alors qu'elles avaient dégringolé de 19 pour cent sur les cinq premiers mois de l'exercice précédent.

"L'empire du luxe contre-attaque", a réagi Patrik Schwendimann, analyste à la banque cantonale de Zurich dans un commentaire boursier, soulignant que les rachats de stocks l'an passé avaient permis d'assainir son marché. Le secteur de l'horlogerie dans son ensemble avait vu ses exportations reculer pendant 20 mois d'affilée alors que la demande avait dégringolé à Hong Kong, le plus gros marché d'exportation pour les horlogers suisses, depuis la Révolution des parapluies.

Depuis mai, les exportations horlogères suisses ont toutefois repris le chemin de la croissance, laissant entrevoir une stabilisation, voire une embellie. Les autres activités de Richemont, qui englobent aussi bien les sacs à main Lancel, les stylos Montblanc que la maison de mode Chloé, ont elles vu leur chiffre d'affaires s'étoffer de 2 pour cent.

A 9H09 GMT, Richemont perdait 1,57 pour cent à 87,50 francs suisses alors que le SMI, l'indice phare de la Bourse suisse, se repliait de 0,18 pour cent. L'action Swatch Group reculait dans son sillage, cédant 2,80 pour cent à 378,80 francs suisses. (AFP)

Photo: Facebook/Cartier