Soixante candidats ont à ce jour manifesté leur intérêt pour le rachat d'Indiscrète, la manufacture poitevine de lingerie en difficulté dont le président Didier Degrand s'est suicidé le 10 août, a indiqué vendredi la co-gérante, Béatrice Mongella, après une audience au Tribunal de Commerce de Poitiers.

"On n'a pas d'information sur le contenu des dossiers déjà déposés ni même sur la solvabilité de ces repreneurs potentiels, mais c'est très encourageant", a déclaré à l'AFP cette cadre. Elle a souligné "l'énormissime élan de solidarité qui s'est manifesté pour Indiscrète" depuis le suicide de son patron, dans les locaux de la société.

La justice a donné six mois au corsetier de Chauvigny (Vienne), en redressement judiciaire depuis le 24 juillet, pour trouver une solution à son déficit de 200.000 euros.

La date butoir de dépôt des candidatures à la reprise a été fixée au 5 octobre, et le 23 novembre, la justice statuera sur une éventuelle prolongation de la période d'observation et sur le maintien de l'activité de l'entreprise qui emploie 25 salariés et 120 vendeuses à domicile.

"Le tribunal (de Commerce) a validé (vendredi matin) le fait que l'afflux de nouvelles commandes ces dernières semaines était un signe encourageant", a précisé à l'AFP la co-gérante.

Une "opération de sauvetage" lancée le 3 septembre sur Facebook, et notamment une vente en ligne exceptionnelle de la collection "Soutien", ont permis jusqu'à présent de collecter environ "65.000 euros", selon cette cadre.

"Tout ce soutien, c'est notre énergie d'aujourd'hui et de demain, et toute notre force. Notre seul mot d'ordre c'est +achetez, achetez!+, parce que chaque commande est un jour de survie supplémentaire", a-t-elle dit.

Le concept d'Indiscrète est la fabrication de lingerie fine, haut de gamme, adaptée à toutes les silhouettes. Les produits sont réalisés à la commande et exclusivement distribués lors de présentations privées à domicile.

Le chiffre d'affaires de cette PME créée en 2010 par trois anciens cadres d'Aubade - dont l'ex-directeur de production Didier Degrand - avait progressé de 300.000 euros la première année à environ 1 million, ces dernières années. Mais Indiscrète n'est jamais parvenue à asseoir un carnet de commandes régulier.

La mise en liquidation d'un donneur d'ordre, avec quelque 40.000 euros d'impayés depuis un an et une commande de 50.000 euros annoncée mais non honorée, a sérieusement fragilisé l'entreprise, qui avait repris une vingtaine de salariés licenciés de l'usine historique d'Aubade, à Saint-Savin dans la Vienne.(AFP)