LVMH va renforcer son engagement auprès d’une association d’aide aux artisans réfugiés en 2020

Fondée en janvier 2016 en Seine-Saint-Denis par Inès Mesmar, La Fabrique Nomade est une association dont l’objectif est de permettre à des artisans réfugiés de continuer à exercer leur talent en France. Tous les 9 mois, une dizaine de réfugiés est accueillie dans les locaux de la Fabrique pour une « session » de formation prodiguée par des professionnels parisiens bénévoles, pour la plupart designers et artisans eux-mêmes. Cette formation de six mois s’articule notamment autour de cours de Français, de modules de préparation à l’entrée en entreprise, de travail en atelier pour valoriser les savoir-faire et les adapter au marché français.

Chaque session est couronnée par une exposition-vente des pièces réalisées par les artisans, qu’ils soient sculpteurs, couturiers, potiers, menuisiers, bijoutiers, ébénistes, staffeur-stucateurs, céramistes ou vanniers. Les artisans sont accueillis en fonction de plusieurs critères. La motivation est le premier d'entre eux. Il faut aussi une maîtrise du métier, avec une expérience d'au moins 10 ans dans le pays d'origine. Les artisans sélectionnés sont choisis parmi une trentaine de candidatures proposées par Pôle emploi et les missions locales.

LVMH va renforcer son engagement auprès d’une association d’aide aux artisans réfugiés en 2020

« Impliquer des designers des Maisons du Groupe dans l’accompagnement des artisans »

Depuis un an, La Fabrique Nomade bénéficie de locaux parisiens, dans le XIIe arrondissement sous une arche du viaduc des Arts. Il faut dire que la jeune association a reçu un soutien inattendu mais conséquent de la part de LVMH. Le groupe de luxe soutient non seulement l’association financièrement et matériellement, mais souhaite aussi aider concrètement les artisans réfugiés à retrouver un emploi, grâce à un mécénat de compétences. Antoine Arnault, directeur communication du groupe a clairement déclaré qu’il souhaitait que les Maisons de LVMH ouvrent leurs portes à ces réfugiés pour contribuer durablement à leur insertion professionnelle. Ainsi, en septembre dernier, Katayon Atayi, couturière iranienne de 60 ans a intégré, en CDD, les prestigieux ateliers de la Maison Dior avenue Montaigne.

Ce soutien devrait être renforcé cette année. C’est en tout cas ce qu’a indiqué le groupe de luxe dans un communiqué retraçant les temps forts 2019 de LVMH en matière de transmission et de savoir-faire. « La préservation des métiers de l’artisanat et de la création, de leurs traditions, est capitale pour la pérennité du groupe LVMH puisqu’elle est garante de l’excellence d’exécution des produits de ses Maisons et est au cœur de son rayonnement à travers le monde. Réunis par cet amour de l’artisanat, le Groupe et l’association ont inauguré un partenariat en 2019, officialisé à l’occasion du vernissage de la collection Traits d’union 4. Sur le thème du « Trésor », proposé par Faye McLeod, Visual Image Director de LVMH, les artisans de La Fabrique Nomade ont travaillé à la réalisation de pièces (objets, bijoux et vêtements), puisant dans leur histoire, un souvenir ou une symbolique culturelle. En 2020, LVMH souhaite renforcer son engagement auprès de La Fabrique Nomade en impliquant des designers des Maisons du Groupe dans l’accompagnement des artisans et l’élaboration de la prochaine collection Traits d’union. »

Crédit photo : LVMH, La fabrique Nomade

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS