• Home
  • Actualite
  • Business
  • Mode durable : les marques n'atteignent que 21 pour cent de leurs objectifs pour 2020

Mode durable : les marques n'atteignent que 21 pour cent de leurs objectifs pour 2020

By Marjorie van Elven

2 août 2019

Business

Les signataires du Circular Fashion System Commitment 2020, une initiative lancée en 2017 par le Global Fashion Agenda (GFA), devront se dépêcher s'ils veulent encore atteindre tous les objectifs en matière de circularité auxquels ils se sont engagés. La deuxième évaluation annuelle de la GFA sur les progrès réalisés par les marques de mode et les détaillants a été publiée récemment et les résultats sont plutôt décevants : il s'avère qu'ils n'ont atteint que 45 (soit 21 pour cent) des 213 objectifs établis.

« Il est encourageant de voir que l'Engagement 2020 a incité de nombreuses marques à agir sur la circularité. Cependant, nous devons aller plus vite. Si nous ne travaillons pas ensemble pour établir un solide écosystème de collaboration, nous n'atteindrons pas tous les objectifs de l'Engagement 2020 et les répercussions du secteur de la mode sur la planète continueront à croître », a déclaré Eva Kruse, présidente et chef de la direction du GFA, dans un communiqué.

Au total, 90 entreprises de mode se sont engagées à agir, parmi lesquelles Adidas, Asos, Gap Inc, Nike, Tommy Hilfiger, SuitSupply, Reformation, Lacoste, Esprit, Filippa K, Inditex, Hugo Boss, H&M, Kering, Bestseller. Seulement 65 d'entre elles ont répondu au sondage de cette année.

Les 213 objectifs sont liés à quatre points d'action, à savoir : la mise en œuvre de stratégies de conception pour la cyclabilité ; l'augmentation du volume de vêtements et/ou chaussures usagés collectés ; l'augmentation du volume de vêtements et/ou chaussures usagés vendus ; et l'augmentation de la part des vêtements et/ou chaussures fabriqués à partir de fibres textiles recyclées post-consommation. La GFA a aidé les signataires à atteindre leurs objectifs en élaborant une boîte à outils pour chaque point d'action.

La taille et le segment de marché des signataires étant différents, il appartenait à chaque entreprise de fixer ses propres objectifs. La plupart d'entre elles (25 pour cent) concentrent leurs efforts sur le premier point d'action, puisque 24 des 87 cibles liées à la cyclabilité de la conception ont été atteintes. Le second point d'action, la collecte de vêtements et de chaussures usagés, est le deuxième plus populaire, avec un total de 52 objectifs fixés et 12 atteints. Les entreprises ne semblent pas très intéressées à entrer sur le marché de la revente, puisque seulement 27 objectifs ont été fixés à cet égard, dont quatre ont été atteints. Bien qu'ils semblent plus intéressés par le recyclage, l'adoption de pratiques de recyclage est tout aussi lente, avec cinq objectifs atteints sur 47.

Ce que font les signataires : Design Circulaire

Selon la GFA, les signataires ont formé plus de 2 500 employés sur le design circulaire au cours de la dernière année. Certains d'entre eux en sont aux phases initiales de mise en place de stratégies et de concepts pour ce type de formation, tandis que d'autres ont déjà mis en œuvre des lignes directrices et des processus basés sur des projets pilotes. Le principal obstacle au design circulaire est le fait que la circularité est un concept plutôt nouveau, dépourvu de normes, de définitions et de meilleures pratiques à l'échelle de l'industrie. En conséquence, les signataires ont souvent du mal à trouver les bons partenaires et le contenu de formation adapté à leurs besoins.

Anna Maria Rugarli, directrice principale du développement durable et de la responsabilité sociale pour la région EMEA chez VF Corporation, citée dans le rapport : « La mise en œuvre des principes de conception circulaire n'implique pas seulement la création de matériel ou de programmes éducatifs. De plus, cela exige une compréhension de la circularité à l'échelle de l'entreprise et des conditions internes de soutien qui permettent aux équipes concernées de penser, d'agir et de travailler de manière circulaire », a déclaré Anna Maria Rugarli, directrice principale du développement durable et de la responsabilité sociale pour la région EMEA chez VF Corporation, telle que citée par GFA.

Ce que font les signataires : Collection de vêtements et chaussures usagés

Les signataires affirment avoir collecté plus de deux millions de pièces et 20 000 tonnes de vêtements et chaussures usagés au cours de la deuxième année de leur engagement. Encore une fois, il y a des entreprises qui en sont encore à l'étape de la planification, tandis que d'autres sont déjà en train de mettre à l'échelle des projets de collecte existants. Peu importe le chemin parcouru, GFA insiste sur le fait que la formation du personnel en magasin est cruciale pour le succès du deuxième point d'action.

Le principal obstacle pour les signataires est d'ordre logistique, car la gestion d'un système de collecte nécessite des équipes interfonctionnelles et des partenariats solides. Les entreprises se plaignent également de lacunes dans la législation et de l'absence de cadres réglementaires qui permettraient d'alléger les processus logistiques. Enfin, et ce n'est pas le moins important, ils estiment que le consommateur doit être informé de l'importance de retourner les vêtements usagés, car beaucoup ne se donnent pas la peine de le faire même lorsque la possibilité se présente.

Ce que font les signataires : Revente de vêtements et chaussures usagés

La plupart des entreprises en sont encore au stade de la recherche et du développement pour ce plan d'action, et bon nombre d'entre elles sont à la recherche d'organisations externes ou de plateformes d'occasion avec lesquelles faire équipe. D'autres sont en avance, comme H&M, dont la marque &Other Stories s'est associée à la plateforme de revente Sellpy en Suède pour offrir aux clients la possibilité d'acheter des articles déjà utilisés. Un autre point de départ est le lancement de leurs canaux de revente sur les plateformes existantes. Des entreprises de longue date, comme Guess, peuvent se permettre de rééditer des produits vintage, en tirant parti de l'héritage de leur marque.

Quant aux défis à relever pour atteindre ces objectifs, les signataires mentionnent l'importance du temps nécessaire à la création des canaux de revente auxquels les consommateurs font confiance et qui sont, en même temps, liés à l'image, aux objectifs et aux valeurs de leurs marques. Ils se sont également plaints de l'imprévisibilité des flux de produits en termes de volume, de qualité et de délais, ce qui représente un défi pour les flux logistiques.

Ce que font les signataires : Fabrication de produits à partir de fibres recyclées

La majorité des entreprises qui ont participé à l'enquête cherchent encore à utiliser davantage de fibres recyclées à partir de déchets post-consommation. Le principal obstacle auquel elles sont confrontées est l'absence de solutions de recyclage prêtes à l'emploi qui soient compétitives en termes de prix et qui ne réduisent pas le cycle des textiles, diminuant ainsi leur qualité initiale. La GFA souligne donc l'importance d'investir dans de nouvelles technologies de recyclage.

« Nous avons constaté que la plupart des fibres recyclées sont moins résistantes ; il n'y a aucun moyen de tester la durabilité à long terme de chaque matériau et produit pour s'assurer que le rendu final répond aux attentes élevées de nos clients », a déclaré Brad Boren, directeur de l'innovation et de la durabilité de Norrøna Sport, cité dans le rapport.

Une fois de plus, les marques de mode ont également souligné que les consommateurs ne sont pas désireux d'acheter un produit simplement parce qu'il est recyclé. « L'utilisation de fibres textiles post-consommation n'est pas nécessairement un critère d'achat essentiel pour nos clients. Par conséquent, lorsque nous utilisons des fibres recyclées dans nos jeans Jack & Jones, il est extrêmement important d'offrir des produits commerciaux avec un bon design et une bonne qualité que les consommateurs veulent acheter », a noté Dorte Rye Olsen, responsable de la durabilité chez Bestseller, cité par GFA.

Pour consulter la liste des objectifs que chaque entreprise s'est fixée, rendez-vous sur le site Internet de GFA.

Cet article a été écrit pour FashionUnited.uk. Il a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo : Pixabay, Global Fashion Agenda Facebook, Facebook H&M