• Home
  • Actualite
  • Business
  • Mode : Paris toujours en tête mais les emplois y diminuent

Mode : Paris toujours en tête mais les emplois y diminuent

By Herve Dewintre

11 mai 2022

Business

Andrea Piacquadio, Pexels

Paris continue de dominer la filière mode française avec une forte concentration d’emplois. Cette domination cache cependant une baisse d’effectifs dans la plupart des activités de la filière depuis 10 ans.

Paris est une capitale incontestée de la mode qui entraine dans son sillage toute la filière création-mode-design d'Île-de-France. Quelques chiffres communiqués par la CCI Paris Île-de-France confirment ce statut unique : d’une part, les établissements franciliens représentent 35 pour cent du total national de la filière ; d’autre part, la moitié des établissements sont concentrés dans la capitale. Avec 25 758 établissements, Paris concentre 54 pour cent des établissements et 45 pour cent des effectifs de la filière, loin devant les autres départements.

Malgré ce statut hors norme, la capitale a vu ses effectifs baisser dans la plupart des activités de la filière depuis dix ans. Les baisses les plus importantes concernent la fabrication de parfums et produits pour la toilette (-53 pour cent), le commerce de gros de textiles (- 35 pour cent), et le commerce de gros d’habillement et de chaussures (- 29 pour cent). Les hausses d’effectifs les plus importantes, ont, quant à elles, été observées dans les activités de design (+ 96 pour cent) et le commerce de gros de parfums et de produits de beauté (+ 40 pour cent).

Les activités de l’habillement quittent la capitale pour la banlieue

Cette baisse profite à trois départements qui ont connu une hausse des effectifs sur cette période : les Hauts-de-Seine (39 pour cent), soit la plus forte hausse, la Seine-Saint-Denis (+2 pour cent) et le Val-d’Oise (+ 7 pour cent). « Depuis plus de 10 ans, on observe un transfert des activités de l’habillement (ateliers de confection, grossistes), auparavant largement installés à Paris dans le quartier du Sentier, vers la banlieue parisienne, et notamment vers la Seine-Saint-Denis et ses loyers plus modérés » analyse l’étude réalisée par l’Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Ile-de-France.

Dans le détail, les effectifs de la filière dans les Hauts-de-Seine ont surtout augmenté dans le commerce de gros de parfum et de produits de beauté (une augmentation de 83 pour cent pour la fabrication de parfums). Mais aussi dans les activités de design : + 141 pour cent. En revanche, comme dans la capitale, le commerce de gros d’habillement et de chaussures a enregistré une forte baisse : 34 pour cent. La Seine-Saint-Denis a connu sur la période 2010-2020 une croissance de 2 pour cent des effectifs de Création-Mode-Design ; la plus forte baisse (-35 pour cent) concerne les salariés de la fabrication de parfums et produits de beauté et du commerce de gros de ces mêmes produits (-12 pour cent). Les plus fortes hausses concernent la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie (+ 34 pour cent) et les agences de design (+ 80 pour cent).