• Home
  • Actualite
  • Business
  • Mode responsable : Mango réduit sa consommation en eau

Mode responsable : Mango réduit sa consommation en eau

By Herve Dewintre

21 mai 2019

Business

La volonté d’offrir des collections conçues dans le respect de l’environnement ne s’est jamais autant exprimée dans le monde de la mode et du textile que durant cette décennie écoulée. Cette volonté se manifeste par des actions concrètes, voire même spectaculaires, sur lesquelles les marques, quels que soit leurs niveau de prix, du haut de gamme à la grande distribution, communiquent volontiers. Il faut noter que l’intensité de ces nouvelles préoccupations écologiques s’est renforcée la suite de l’effondrement de l’immeuble de confection Rana Plaza au Bangladesh le 24 avril 2013. Cet effondrement avait causé la morte de 1100 morts, marquant durablement l’esprit des consommateurs qui semblent réclamer désormais davantage de transparence sur les conditions dans lesquelles sont fabriqués leurs vêtements.

Dernier exemple en date: Mango. La société espagnole fondée en 1984 par les deux frères Nahman et Isak Andic, deux immigrés turc, avait précisément subi une salve de critiques à la suite de la tragédie du Rana Plaza. Mango avait adopté une attentive qualifiée d’ambiguë par les observateurs puisque l’entreprise espagnole avait publié un communiqué sur les réseaux sociaux dans lequel elle se défendait fermement d’être client des sous-traitants dont le personnel avait été retrouvé dans les décombres de l’immeuble en ruine. Dans le même temps, Mango avait reconnu avoir commandé plusieurs milliers d’échantillons à ces mêmes sous-traitants. Des organisations avaient dénoncé la passivité de l’entreprise et son manque de transparence.

Mango a visiblement écouté ces critiques avec sérieux. La société a en effet annoncé aujourd’hui plusieurs mesures de grande ampleur. La première, la plus spectaculaire concerne le mode de production de ses jeans. On sait en effet que le coton est une fibre qui nécessite pour sa culture une très grande consommation d’eau. Une fibre polluante. Mango a analysé l’empreinte hydrique (le volume d’eau utilisé dans la production) de l’un de ses jeans standard et a ainsi constaté que la production et le finissage du coton représentent 90 pour cent de la consommation en eau.

Une consommation en eau réduite de près de 4 millions de litres pour la fabrication des jeans

L’entreprise, en collaboration avec des experts, a donc développé deux initiatives. L’introduction de la technologie Eco-Wash, conçue par la société Jeanologia, a permis de réduire la consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques. D’autre part, l’utilisation du coton BCI (« *Better Cotton Initiative* ») dans la fabrication textile permet l’usage de techniques de culture durables en réduisant la consommation d’eau et de substances chimiques et en favorisant la sécurité et la santé des travailleurs. L’entreprise utilise également du coton biologique, dont la culture est moins gourmande en eau, et du coton recyclé, qui contribue à une économie circulaire.

Avec la mise en place de ces initiatives, 38 pour cent de la collection de jeans P/É 2019 présente des caractéristiques durables. Pour la prochaine saison A/H 2019, ces caractéristiques devraient concerner la moitié de la production. Concrètement, ces initiatives ont permis à Mango de réduire la consommation en eau par vêtements de 10 litres, ce qui représente pour certains modèles comme le Boy ou le Straight, une diminution de 16,5 pour cent. Globalement, l’entreprise affirme avoir réduit sa consommation en eau de pres de 4 millions de litres sans préciser la durée sur laquelle s’est échelonnée cette réduction.

Autre initiative notable, la marque lance la nouvelle collection Mango Committed et propose une sélection de modèles écologiques. Depuis 2017, Mango conçoit cette capsule de vêtements créée à partir de tissus recyclés et de fibres durables. Les articles de la collection Committed Printemps-Été 2019 ont en outre été fabriqués avec du coton certifié BCI, selon de nouvelles technologies, ainsi qu’avec des fibres écologiques : le Greencel, conçu par Lenzing Refibra, fibre naturelle totalement biodégradable issue des arbres, et dont la production n’utilise pas de substances toxiques, et le nouveau Tencel Lyocell, fibre produite à partir de chutes de coton et de cellulose de bois.

Enfin, la société poursuit son projet Second Chances, pour placer des conteneurs de recyclage pour vêtements et chaussures dans des boutiques physiques. Ces produits sont ensuite réutilisés au niveau local (52 pour cent) et international (10 pour cent), ou bien destinés au recyclage en vue de nouvelles fonctions (20 pour cent) et à la valorisation énergétique (18 pour cent).A moyen terme, Mango s’est engagé à ce que 50 pour cent de son coton soit issu de cultures durables d’ici 2022.

Photo credit: Mango, Facebook

MANGO