• Home
  • Actualite
  • Business
  • Pékin demande à Alibaba de se désengager des médias

Pékin demande à Alibaba de se désengager des médias

By AFP

15 mars 2021

Pékin - Pékin a demandé au géant chinois du commerce en ligne Alibaba de céder des actifs dans le secteur des médias, inquiet de l’influence du groupe fondé par Jack Ma, rapporte lundi le Wall Street Journal (WSJ).

Le milliardaire, qui a officiellement pris sa retraite d’Alibaba en 2019 mais reste un gros actionnaire, est depuis quelques mois dans le collimateur des autorités de son pays.

Les régulateurs chinois ont stoppé in extremis en novembre une colossale introduction en Bourse à 34 milliards de dollars d’Ant Group, une filiale d’Alibaba pour le paiement en ligne. Et le mois suivant, les régulateurs ouvraient une enquête sur les pratiques commerciales d’Alibaba, jugées anti-concurrentielles.

A présent, les autorités demandent à Alibaba de réduire considérablement sa présence dans le secteur des médias, croit savoir le quotidien des affaires qui ne cite aucune source.

Alibaba est notamment le propriétaire du grand quotidien en langue anglaise de Hong Kong le South China Morning Post (SCMP). Et le groupe possède également des participations dans le réseau social Weibo (équivalent de Twitter bloqué en Chine), la plateforme de vidéos en ligne Bilibili, ainsi que dans d’autres médias ou la publicité.

D’après le Wall Street Journal, les dirigeants chinois s’inquièteraient de l’influence grandissante sur l’opinion qu’exercerait ainsi le groupe fondé par Jack Ma.

Il n’est pas précisé si Alibaba doit se désengager totalement des médias ou céder une partie de ses actions.

Alibaba risque par ailleurs une amende record en Chine pour pratiques anti-concurrentielles, rapportait vendredi ce même WSJ.

Elle pourrait dépasser les 975 millions de dollars (815 millions d’euros) payés en 2015 par le fabricant américain de puces électroniques Qualcomm, la plus grosse amende antimonopole jamais infligée jusqu’ici par Pékin.

D’après le journal, les autorités reprochent à Alibaba d’obliger des commerçants qui vendent sur ses sites à lui accorder l’exclusivité, en s’interdisant de commercialiser leurs biens ou services sur d’autres plateformes de vente en ligne.(AFP)