• Home
  • Actualite
  • Business
  • Pékin s'en prend aux pratiques anticoncurrencielles des géants du net

Business

Pékin s'en prend aux pratiques anticoncurrencielles des géants du net

By AFP

11 nov. 2020

Pékin - Les titres des géants chinois de l’internet piquaient du nez mercredi sur les places boursières, à la suite de l’annonce d’une nouvelle réglementation anticoncurrentielle visant principalement le commerce en ligne.

L’action Alibaba, mastodonte du commerce électronique, perdait 8 pour cent à la Bourse de Hong Kong, une semaine après la suspension in extremis de l’introduction record que devait faire son entité de paiement en ligne Ant Group.

D’autres géants du net buvaient la tasse, notamment Tencent (-5 pour cent), propriétaire de l’omniprésente messagerie WeChat et de son système de paiement WeChat Pay, et JD.com, un autre poids lourd du e-commerce. Pékin a publié mardi une série de règles destinées à enrayer “les pratiques monopolistiques” dans le secteur technologique, jusqu’ici largement à l’abri du regard des autorités.

Les clauses d’exclusivité pointée du doigt

L’Administration nationale de la régulation des marchés s’en est prise particulièrement aux clauses d’exclusivité qui faussent la concurrence sur les plateformes de commerce en ligne. Certaines plateformes forcent par exemple leurs fournisseurs à ne vendre que chez elles.

Taobao, l’incontournable plateforme de vente d’Alibaba, oblige aussi les consommateurs à régler leurs achats via son système de paiement Alipay, à l’exclusion des autres dispositifs comme WeChat Pay. Ces nouvelles mesures confirment que le régime communiste cherche à exercer davantage son autorité sur le secteur de la tech, une semaine après avoir bloqué l’entrée en Bourse d’Ant Group.

Cette opération sur les places de Shanghai et Hong Kong devait être la plus grosse de tous les temps, avec au total plus de 34 milliards de dollars levés. Ant semble avoir suscité l’inquiétude des régulateurs financiers avec ses plateformes de prêts en ligne qui s’affranchissent des règles imposées aux banques publiques. La décision de Pékin avait déjà fait plonger le titre Alibaba à Wall Street comme à Hong Kong. (AFP)

Crédit : unsplash